Willie était vitaminé, en forme... un homme en santé !

Willie était vitaminé, en pleine forme... un homme en santé !

Photo 20 mai 2015

Enfant, j’avais la chance de me rendre dans la région de Lanaudière tous les étés où je logeais chez mes grands-parents, Angéline et Willie, qui étaient des plus accueillants. La vieille maison ancestrale, le vieux poêle à bois, les vieilles pentures de portes et les nombreuses couches de peinture sur les murs me réchauffaient le cœur chaque fois que je m’y retrouvais.

À l’extérieur, terrain de jeu par excellence, il y avait des bâtiments où, dans mon esprit de petite fille, vivaient sorcières (juste des gentilles), fées et lutins. Le soir, à la brunante, s’animaient les feux-follets que je chassais jusqu’à ce que j’aie froid. À mon retour, ma grand-mère me préparait de bons chocolats chauds que je dégustais goulûment sans dire un mot.

Elle prenait bien soin de moi ma belle grand-maman qui, dans ce temps-là pouvait très bien décider de marcher plus d’un kilomètre pour me gâter d’une glace à essence de chocolat, marcher tout autant m’accompagnant au lac avoisinant afin que je joue dans l’eau et me rafraîchisse un peu, ou cuisinant (elle qui n’aimait pas le faire) de bons petits plats pour mon grand-père et moi.

Des oranges grosses comme ça !

Les week-ends, toute la famille venait visiter, ceux que j’appelais grand-maman et grand-papa avec un ton affectueux, et la maison était des plus bruyantes mais ça sentait bon la soupe d’antan. Le laitier passait tous les samedis matin et le fruitier les samedis après-midi.

Je connaissais bien ce dernier puisque c’était un de mes oncles préférés ! Il me laissait toujours choisir un fruit qu’il m’offrait en cadeau et mon choix s’arrêtait inlassablement sur la plus grosse orange que j’arrivais à distinguer dans toutes ses caisses d’agrumes.

Mon vieux grand-père, quant à lui, était toujours affairé à faire quelque chose d’innovateur. Il fabriquait toutes sortes d’objets décoratifs en bois, mais disait toujours que ma grand-mère avait trop de « cossins » (rire) ! Je me souviens d’un été où il nous avait fabriqué des bâtons de baseball sur le tour à bois ! C’était vraiment d’enfer d’être ainsi fière de mon grand-père !

Un grand-père amour !

Quand je pense à lui, j’ai un sentiment de douce nostalgie. Il parait qu’il n’était pas toujours de tout repos du temps d’avant, mais moi, ce que j’ai connu de lui ne me faisait pas peur parce qu’il était doux, drôle et aimant.

Je souris à l’idée que lorsque le mercure grimpait et qu’il faisait très chaud, il portait tout de même ses sous-vêtements longs, des pantalons de laine et ses fameuses chemises à manches longues à carreaux. Nous étions tous là à le plaindre et pourtant, lui, il n’avait pas chaud. C’était un tout petit homme mon grand-père, mais comme tout le monde s’entendait à dire, il avait du nerf. Il était fort comme un bœuf !

Il m’enseignait beaucoup de choses aussi, comme survivre en forêt, mais j’oubliais et il devait recommencer la leçon. Ce n’était certes pas pour le prendre pour une « prune », mais j’avoue ici que souvent je le faisais exprès d’oublier tout ce qu’il voulait me partager. Passer du temps seule avec lui était vraiment magique et je me sentais choyée chaque fois que cela arrivait.

De la vitamine partout !

Tout cela pour dire que, même si j’ai évolué au sein d’une famille dysfonctionnelle et que j’ai eu ma part d’épreuves, j’ai tout de même eu une bonne part de « vitamine » tout au long de ma vie.

Vous savez, si je vous parle de mes deux vieux maintenant c’est que j’ai la ferme conviction que l’être humain doit se nourrir de différentes choses afin d’être bien. D’abord il importe qu’il nourrisse son esprit, son cœur et son corps. Ensuite il importe que dans cette nourriture qu’il consomme, qu’elle soit émotionnelle et cérébrale ou qu’elle lui serve d’essence pour son corps, il y ait une variété afin qu’il puisse se faire une idée de ce qu’il aime véritablement.

À la lecture de ce texte, vous vous dites peut-être que j’aime Lanaudière et sa campagne, les personnes âgées, la glace et le chocolat chaud, les oranges, la soupe maison, les leçons, la baignade et les vieilles maisons. Pourtant moi je n’ai fait qu’écrire au sujet de mes grands-parents qui avaient la forme, d’une petite fille qui était en santé, de l’air pur et de fruits qui, dans mes souvenirs, étaient si gros qu’on aurait vraiment dit des melons d’eau!

La vitamine, chères amies lectrices, elle se retrouve dans tout et partout!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page