Voir la colère autrement!

J’ai longtemps eu une relation complexe et un sentiment de culpabilité face à cette émotion qu’est la colère. Pendant des années, j’ai cru que je pouvais, ou plutôt que je devais tout faire pour m’en débarrasser.

Je ne sais pas pour vous mais pour moi, juste d’admettre que j’étais en colère était un signe de faiblesse, un manque de contrôle, comme si c’était anormal et honteux d’admettre que je pouvais ressentir de la colère. Même l’admission à moi-même me semblait un risque.

Pas surprenant puisque comme bien d’autres, j’ai appris très jeune que la colère était un péché capital.

Pour beaucoup d’entre nous, dès notre jeune âge, on nous apprend que la colère est une émotion « mauvaise » ou « négative ». On a entendu que ce n’était pas beau, on se faisait dire : chut chut chut; arrête ça, on ne veut pas de chicane; c’est assez! va dans ta chambre; ou dans mon cas, juste l’exprimer chez nous pouvait vouloir dire une claque derrière la tête.

J’ai donc compris très rapidement que pour être acceptée ou acceptable, je devais trouver le moyen, quel qu’il soit, de ne pas l’exprimer ou encore mieux, de ne pas la laisser voir. Avec le recul, j’ai réalisé que c’est ainsi que je suis devenue une experte en refoulement.

Et si je vous disais que la colère est utile, vitale et nécessaire pour chacun de nous? Qu’est-ce que ça vous fait? Ça vous choque? Ça vous surprend? Tout ce que je vous demande ici c’est de garder l’esprit ouvert et de me lire jusqu’au bout.

On entend souvent que la colère ne résout rien et que ça n’apporte rien de bon. Je ne suis pas d’accord et vous comprendrez pourquoi plus loin.

Alors, pourquoi la colère est-elle vue comme le mouton noir des émotions? Aujourd’hui, je vous propose de la voir autrement?

Une première question importante

Prenez une minute de réflexion… dans vos propres mots, écrivez votre définition de la colère? Et cette première question est très importante pour la suite.

Par la suite, relisez votre définition. Est-ce que vous constatez l’impact de vos expériences personnelles dans le choix des mots de votre définition?

Pour certains et selon l’éducation, ce que vous avez vu et appris, la colère pourrait aussi être déguisée et se manifester par des larmes, de l’indifférence, de l’isolement, des conflits, des cris, des blasphèmes, ou de la violence.

Oui, pour moi, il y a une grande différence entre la colère et la violence. La colère est une émotion alors que la violence est un comportement. Ne vous en faites pas, je vous en parlerai dans un prochain article. Mais maintenant, continuons!

Garder ça simple!

La colère est tout simplement une émotion. Et les émotions ne sont ni bonnes ou mauvaises… mis à part l’étiquette que nous avons appris à leur coller dessus.

En réalité, elles sont là pour être vécues tout simplement dans le seul but de nous faire réaliser des prises de conscience, des changements de perspectives ou de poser des actions pour notre mieux-être.

Elles nous amènent à vivre des expériences servant à notre évolution. C’est illusoire de penser qu’on peut ressentir, vivre une émotion, analyser la situation, trouver la solution et entrer en communication avec une personne en même temps!

Dieu sait que j’ai essayé ! Une émotion ça n’a pas de logique, ce n’est pas bon ou mauvais, ça se vit tout simplement et c’est à nous que ça revient que cette émotion ait un impact positif ou négatif dans notre vie.

La colère est en réalité une émotion qui nous motive et nous incite à agir.

De nombreux réformateurs de ce monde tels que Martin Luther King, Mahatma Gandhi ou Nelson Mandela pour n’en nommer que quelques-uns ont clairement avoué avoir vécu un grand sentiment de colère. Mais ils l’ont canalisé positivement pour le plus grand bien de notre société.

En tant qu'êtres humains, nous sommes censés vivre des expériences de vie qui nous transforment, nous font grandir en plus de vivre toute une gamme d'émotions; et l'une d'elle est la colère.

Bénéfices de la colère

Alors que je parcourais des livres et des blogues de développement personnel sur le sujet, j’ai constaté que la plupart des écrits nous parlaient seulement des dangers de la colère.

Non seulement notre relation à la colère est faussée mais je dirais même plus, elle est niée collectivement mais je ne pouvais plus continuer de faire semblant…

Je me suis donc demandé: et si au lieu d’essayer de la refouler ou de la calmer, j’essayais plutôt de l’accueillir, de l’écouter et de voir ce qu’elle avait à me dire?

Avec le temps, j'ai réalisé que ma colère contenait des informations utiles et vitales sur qui j’étais et sur ce que je voulais vraiment. D’ailleurs, j’ai dû admettre que cela faisait des années qu’elle essayait de prendre soin de moi.

Il est essentiel de comprendre et d’accepter que la colère vous sert de mécanisme d'autoprotection, de levier propulseur en tant qu’outil puissant de transformation.

S’autoriser à la ressentir afin d’apprendre sur soi, de se connecter à votre intuition, de s’aligner sur vos valeurs fondamentales et de prendre les meilleures décisions pour soi!

Finalement, la colère sert un objectif vital… celui d’oser être soi, de ne pas s’oublier, de ne pas se perdre ou de rester « vivant » dans tous les sens du terme.

Elle nous montre où nous devons porter notre attention et ainsi fixer des limites saines pour nous. Elle est porteuse de messages et c’est notre responsabilité de les décoder afin de se reconstruire, de s’aimer et de se respecter.

Le cadeau

Pendant que j’étais créative à essayer de tout faire pour m’en débarrasser, cette colère a été persévérante et persistante à faire son travail jusqu'à ce que je m’arrête pour l’écouter. Enfin… pour me rappeler qui je suis et qui je peux devenir.

La colère est une émotion personnelle, je dirais même spirituelle maintenant pour moi, puisque lorsque je la ressens, elle me pousse à l’introspection, à la connexion, à la remise en question et au passage à l’action.

Je suis remplie de gratitude envers ma colère et je la vois maintenant comme une force aimante. Elle veut que je reconnaisse ma force intérieure. Elle veut que je me transforme. Elle veut que je reprenne le pouvoir qui est le mien pour me traiter avec amour et respect.

Avec la lecture de ce qui précède, y a-t-il un changement, une ouverture? Comment voyez-vous la colère maintenant?

J’aimerais sincèrement en savoir plus sur votre relation ou votre histoire face à la colère?

Ensemble, vitaminons nos vies! Laissez vos commentaires/questions dans la boite ci-dessous!

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Retour haut de page