communication authentique sans dispute

Une communication authentique sans dispute

On dit que les disputes sont très utiles au sein des relations amicales et amoureuses. Et je me suis toujours demandé pourquoi on dit cela…

Parce que personnellement, je déteste sincèrement les disputes. Elles me mettent mal à l’aise, pour moi, pour l’autre, et je ne les ai jamais bien vécues. Certains adorent la réconciliation, et je comprends bien, mais vivre la dispute juste pour la réconciliation… c’est comme mettre des chaussures 2 tailles en dessous de la nôtre juste pour ressentir le soulagement de les enlever.

Alors, j’ai voulu comprendre pourquoi on dit ça. Et vraiment, les meilleures relations que j’ai ou ai eues, amicales ou amoureuses, n’ont PAS de disputes. Pourtant, ces relations sont (ou ont été) solides, épanouissantes, riches, profondes… Et mêmes si certaines n’ont pas duré, elles m’ont apporté, ainsi qu’à l’autre, un apprentissage qui n’a pas de prix, parce que c’était sûrement leur rôle, simplement.

La dispute, une explosion de vérité

En croisant ce questionnement sur les disputes avec ce qui marche bien pour moi en termes de communication, j’ai compris une chose : dans une relation où chacun prend sur soi, n’exprime pas ses ressentis au fur et à mesure et le cumule pendant un certain temps… la dispute arrive comme une libération. ENFIN ! Une voie de sortie à tout ce qu’on a encaissé et réprimé depuis longtemps ! C’est donc comme une explosion de vérité de notre monde intérieur.

Le souci avec les disputes, c’est que cette explosion de vérité, dans la plupart des cas, est dirigée vers (ou contre) l’autre. Lors d’une dispute, c’est donc deux explosions, un affrontement de débris émotionnels, qui s’attaquent, se battent… Et est-ce qu’on peut contrer une explosion avec une autre explosion du même genre ? Non… On ne s’entend pas vraiment, donc on ne s’écoute pas.

La plupart du temps, ce qui nous importe c’est d’ÊTRE ENTENDU, pas d’entendre l’autre. On en sort donc soulagé d’un trop-plein d’émotions, certes, mais… a-t-on vraiment avancé ? Pas tellement. Bien sûr, je ne dis pas que c’est toujours le cas. Mais souvent, oui. On devient égoïste dans une dispute.

Communiquer au lieu d’exploser

Dans les relations les plus matures, épanouissantes et enrichissantes (dans mon expérience personnelle, mais aussi dans ce que j’observe autour de moi dans des couples et des amitiés qui durent vraiment), on n’attend pas d’exploser. On exprime ses ressentis au fur et à mesure, et on les exprime en tant que ressenti personnel : c’est ma vérité à cet instant précis, et elle n’engage que moi, je ne t’accuse pas de mon mal-être, je te l’exprime simplement parce qu’il a émergé dans notre interaction, et il doit être accueilli.

Il n’y a pas de cumul, pas de répression, le vase n’attend pas de déborder. On se respecte soi-même avec tous ses ressentis, et on respecte l’autre avec les siens. On écoute et entend sa propre vérité, et donc ça devient plus facile d’écouter et entendre celle de l’autre.

L’hypersensibilité et la dispute, un mauvais cocktail

J’ai vécu des relations remplies de drame, de jugement, de disputes, d’explosions. J’ai fait tellement d’erreurs, et subi les erreurs de l’autre... fait du mal et eu mal, jugé et été jugée… Et aujourd’hui, quand j’y repense, le mal que j’ai reçu a laissé des traces certes, mais le mal que j’ai fait laisse des regrets. Et les regrets sont plus difficiles à accepter que les traces, quand on est vraiment honnête avec soi-même. Et ça me fait dire que plus jamais je ne veux me disputer avec qui que ce soit, parce que dans mon vécu, ce n’est pas productif, ce n’est pas enrichissant, et ce n’est pas porteur de solutions.

Une personne sensible (et autiste d’autant plus) vit les disputes très intensément. Et plus elle est dans une démarche consciente de « recherche » de bien-être, plus elle est sensible à tout ce qui l’écarte de ce chemin. Une dispute symbolise une trop longue rétention et répression de ses propres vérités intérieures. En plus, ça fait mal… ça fait mal d’entendre l’autre nous accuser, et ça fait mal de l’accuser. Même si sur le coup, ça a l’air de faire du bien.

Donc, non… les disputes ne font pas la santé du couple, ni de la relation amicale, comme dit le dicton. Pas avec les êtres que j’appelle les (hyper) SENSibles, et qui constituent quand même, selon des statistiques, 15 à 20 % de la population.

Plus généralement, pour ces 15 à 20 % de la population, beaucoup de choses qui sont prises pour des vérités absolues aujourd’hui, ne conviennent plus du tout. J’ai juste envie de finir sur un encouragement et inviter chacun, qui qu’on soit, à s’entraîner à discerner aussi bien les informations qui lui parviennent de l’extérieur que celles qu’il a à l’intérieur de lui. C’est nécessaire pour être libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page