Rendez-vous avec l'espoir

Un rendez-vous avec l’espoir!

C’est la quatrième année que l’ASRSQ (Association des services de réhabilitation sociale du Québec) monte pour un public prêt à être touché de la plus belle des façons le Cabaret de la seconde chance.

D'abord, il s’agit d’un spectacle. Il met en vedette des artistes de renom, des personnes de talent ayant été judiciarisées, à un moment ou à un autre de leur vie, et des intervenants en milieu communautaire.

Une idée qui fait du chemin

C’est Émilie Altimas qui, avec son équipe dont le directeur artistique Jacques Lebel fait un travail formidable, est l’initiatrice et la coordonnatrice de ce fabuleux projet ! « On tente de sensibiliser les gens à l’importance de la réhabilitation sociale des personnes judiciarisées. Il importe de donner une seconde chance à ces gens qui sinon, se retrouvent coincés dans le cercle vicieux de la criminalité ».

Elle nous parle du Cabaret de la seconde chance : « C’est un événement artistique de facture professionnelle qui met en scène des gens ayant été judiciarisés et d’autres qui ne l’ont pas été ».  

Des artistes, des intervenants en milieu communautaire ou des personnalités publiques y participent. L’idée est de déstabiliser positivement le public. Nous voulons changer la perspective relativement aux personnes judiciarisées et aux préjugés qui, souvent, tiennent bon malgré les efforts de sensibilisation.

Émilie et son équipe se donnent corps et âme à ce projet important. « Ça se passe au Gesù à partir de 18 h 30. Une exposition d’art visuel est proposée. À 20 h, le spectacle commence et le public sera gâté de présences scéniques surprenantes, intelligentes et touchantes ».

L’importance de la réhabilitation sociale

Fille d’un criminologue, Émilie est bien sensibilisée à la réhabilitation sociale des personnes ayant été judiciarisées. 

« On se fait souvent notre opinion sur ce qu’on voit et sur ce qu’on entend dans les médias.  C’est vrai, malheureusement, que certaines personnes ne sont pas réhabilitables. Mais on n’entend pas parler des cas moins spectaculaires. Vous savez, ces personnes qui ont des histoires ordinaires et qui représentent la grande majorité des personnes judiciarisées. 

La pauvreté reste encore un facteur important au niveau de la criminalité. La réhabilitation sociale des personnes judiciarisées devrait être considérée comme un enjeu de société comme un autre. Conséquemment, comme un moyen de protéger nos communautés. 

C’est important de donner une deuxième chance. Ainsi, avec notre projet, nous souhaitons briser les préjugés. Nous savons que le sujet n’est pas très « sexy », mais ça demeure un sujet d’actualité.

En outre, les gens qui sont judiciarisés et qui y participent ont eu, pour la plupart, peu d’occasions de se valoriser dans leurs vies. 

Toutefois, notre événement leur apporte espoir, confiance et amour de soi. Souvent, ils ne voient pas leur propre valeur et, avec le cabaret, ils gagnent en estime personnelle. »

Des commentaires élogieux

D'ailleurs, le commentaire revenant le plus souvent est que l’événement permet de faire vivre de belles émotions au public, mais  aussi aux participants. En vérité, c’est une soirée remplie d’humanité et de connexion à soi et aux autres. 

« Bien sûr, notre but n’est pas de « brasser » nécessairement. Par exemple, comme dans le cas d’une personne judiciarisée qui vient raconter son histoire en poésie, ça touche!  ».

Enfin, si nous demandons à Émilie ce que cela lui apporte personnellement. Spontanément, elle répond : « Beaucoup de joie de voir le bonheur dans les yeux des participants. Montrer des histoires vraies de gens qui ont réussi à s’en sortir, c’est une fierté en soi ».

En conclusion, c’est donc un rendez-vous avec l’espoir que nous aurons le 12 octobre prochain, au Gesù, à 18 h 30, pour le Cabaret de la seconde chance. 

Pour informations supplémentaires, cliquez ici.

Ensemble, vitaminons nos vies! Laissez vos commentaires/questions dans la boite ci-dessous!

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Retour haut de page