The show must go on

The show must go on !

On le sait tous! Parfois, les choses ne se déroulent pas du tout comme on veut. Dans mon cas, je fais face à une longue série de dérapages depuis les deux dernières semaines et j’ai eu envie de vous les partager!

Vous connaissez sûrement l'expression : «The show must go on». Eh bien, je l'ai dit pas mal souvent cette semaine.

Tout a commencé avec mon webinaire pour le lancement de mon nouveau programme VitaLIBERTÉ du 4 octobre dernier. Dimanche matin, 10h, 133 personnes inscrites, je suis énergisée, gonflée à bloc.

On commence à l’heure, tout se déroule à merveille ! 10h22, je commence à recevoir des messages de participants comme quoi la connexion est coupée… ça entre de partout; par le site internet, mon courriel, Skype, Facebook.  Je réalise à ce moment que j’ignore totalement depuis combien de temps je parle dans le vide !

Le crash !

Alors, je finis par rejoindre Sylvie, ma webmaster, qui a le niveau de stress accoté au plafond. Et moi,  surprise, je suis d’un calme olympien. On a fini par revenir en ligne et de 133 on était passé à 8 !!! Mais the « show must go on  ».

Encore zen, je me suis reviré sur un «dix cennes» comme on dit. On a enregistré le webinaire de nouveau et on l’a envoyé aux 133 participants.  Tout un lancement !

En sortant du webinaire, je devais me préparer pour ma conférence du 11 octobre. Entre-temps, il m’est arrivé plein d’autres pépins, dont un satané virus dans mon ordinateur.

J’ai dû survivre deux jours sans mon « respirateur artificiel! », avant qu’il revienne du réparateur. Le reste de la liste des pépins est trop longue pour tout vous raconter. Par contre, ça faisait beaucoup trop pour ne pas prendre conscience qu’il se passait quelque chose dans l’air!

Le jour de la conférence

C’est dimanche matin et tout va bien. Vers 11 h 30, j’essaie d’imprimer mes notes pour ma conférence de 13 h et je me rends compte que je n’ai plus d’encre dans mon imprimante.

OK, on reste zen, je vais aller prendre ma douche et me préparer. Je me dis : « ça va aller Céline, je connais ma matière et j’ai le PowerPoint pour m’aider, tout est OK. On respire. »

Je m’habille et je prépare toutes mes choses pendant que mes cheveux sèchent à l’air, comme d’habitude.

  • Ordinateur, projecteur, caisse d’eau : check.
  • Nappe et mes cartes Nouvelle Vie à vendre : check.

De bonne humeur, je branche mon fer plat pendant que je commence à me maquiller et à raidir mes cheveux.

Rendue à la moitié de ma tête, je me rends que quelque chose cloche.  Mon fer plat est froid… oui oui, il a rendu l’âme en plein milieu de ma tête.  Je me retrouve donc avec la moitié de la tête avec les cheveux lisses et l’autre avec les cheveux ondulés. Je ne peux pas le croire… bon, OK, on dédramatise. Et puis qui dit que je ne lancerai pas une nouvelle tendance?

Et ça continue...

Le camion est chargé et puis je pars vers la salle. J’arrive là-bas et puis je me rends compte que la salle est accessible, mais vide!  Je loue cette salle depuis des années et je ne comprends pas qu’elle ne soit pas montée.

Voilà que le nouveau propriétaire de l’immeuble arrive et se présente.  Avec un sourire, je lui demande où sont les tables et les chaises.  Il me répond : « Je viens de prendre possession de l’immeuble et puis c’est que les tables et les chaises étaient la propriété de la vendeuse et elle est partie avec tout ça hier ».

Vous auriez dû voir la mâchoire me décrocher, c’était de toute beauté! Je ne savais même pas si je devais paniquer, parce que là, là, sincèrement, je ne ressentais rien d’autre qu’un paquet de claques sur la gueule.

Pendant quelques secondes, j'étais K.O. Je me voyais déjà devant une salle où tout le monde est debout, et moi, à l’avant, tenant d’une main mon ordinateur et de l’autre le projecteur!

Système D

Des rénovations avaient lieu dans une autre salle et les ouvriers ont été assez créatifs pour me construire une table à l’aide de deux chevalets et un morceau de contreplaqué et j’ai pu mettre ma nappe pour camoufler le tout. (Ouf!)

Comme cette table faite maison était de plus petite taille, les fils de mon ordinateur et de mon projecteur étaient tendus au maximum, suspendus dans les airs. Tant pis, je me disais qu’au moins, l’équipement était installé.

David, mon vidéocinéaste arrive pour filmer la conférence. Il installe son équipement et dès qu’il allume ses projecteurs, on ne voit plus mon PowerPoint. Le problème? La luminosité de mon projecteur qui est en train de lâcher! Ben oui, toé!  Me voilà crampée raide ! Je ne suis plus capable d’arrêter de rire.

Les gens commencent à arriver et encore une fois, « the show must go on », je leur souris, je les vois contourner les fils et regarder le PowerPoint pâlotte. Oui, j’avoue que mon égo en a pris un coup pendant quelques minutes. J’ai fait le choix de rester authentique en leur racontant ma semaine, ce qui les a bien fait rire.

Oui, on change...

En plus, je me suis sentie fière de la créativité et de la façon dont j’ai géré la situation parce que laissez-moi vous dire, si je suis honnête, il y a quelques années… j’aurais sacré, chialé, blâmé, pleuré ou totalement pété les plombs.

Aujourd’hui, je me ramène à mon grand « pourquoi ».  Pourquoi est-ce que je fais ce que je fais? Qu’est-ce que je veux vraiment?

Ce qui m’a aidée à rester « groundé » dans les deux dernières semaines, c’est une phrase que j'ai entendu il y a plusieurs années de Tony Robbins : « Il y a toujours un bas-fond avant la grande percée! » (There’s always a big breakdown before the big breakthrough).

Non seulement elle me permet d’être résiliente et de rester centrée, mais elle me donne aussi de l’espoir car elle m’amène toujours et directement dans un acte de foi. Ça s’en vient!!!

Avez-vous déjà eu à faire face à une situation qui était hors de votre contrôle? Comment l’avez-vous gérée? J’ai hâte de lire vos commentaires.

2 réflexions sur “The show must go on !”

  1. Ouff je suis essoufflée de vous avoir lu ? le mois de janvier a été rude pour moi aussi et j'ai décidé d'écouter mon corps au lieu de me battre contre lui. Ça m'a amené sur un nouveau chemin ou plutôt ça m'a ramené à ma source (Méditation respiration visualisation).

    1. Merci pour votre commentaire Diane. Je célèbre le fait que vous vous soyez écouté, choisie et que vous soyez revenu à l'essentiel... à VOUS! Continuez de vous vitaminer 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page