La rentrée : faire le point !

La rentrée : faire le point !

Voici un article assez général… Parce que parfois il faut faire le point sur l’ensemble de notre situation de vie. Sans ça, on se retrouve le nez dans le guidon.

C’est vrai… en général, on décide de faire le point pour les grandes occasions. Nouvel An, anniversaire, rentrée scolaire, événement majeur dans notre vie.

Mais le reste du temps, la majorité d'entre nous, être humains connectés et occupés, nous sommes en mode « gestion des problématiques, une par une ». 

Bien sûr, ce n'est pas mauvais du tout. Cela dit, il est absolument nécessaire de revenir à la grande vision des choses, de faire le point autrement dit, plus souvent que ce que nous avons l'habitude de faire.

Une habitude bien ancrée

Dans nos temps modernes, nous cloisonnons tout. Si on a mal au dos, on a mal au dos, le problème doit être dans le dos. Mais un bon spécialiste va faire le point sur le corps dans son ensemble et verra que peut être, le souci est dû à une entorse à la cheville quand on avait 15 ans. 

C'est pareil pour plein d'aspects de notre vie. La santé, l'entreprise, le moral... Si on est fatigué au quotidien, on pense à plein de choses, mais rarement à, par exemple, ce que nous mangeons régulièrement.

Certains aliments, même sains, ne sont pas adaptés à NOTRE organisme. Alors, notre organisme utilise beaucoup d'énergie à les assimiler, ça le pollue... Et il fatigue.

Alors, faire le point sur nos habitudes, notre quotidien, tout ce que nous faisons sans même nous en rendre compte... Permet d'avoir une vision beaucoup plus complète.

Pourquoi à la rentrée ?

Nombreuses sont les personnes qui auraient aimé rester en vacances pour encore quelques mois... Et ces personnes, à la rentrée, sont juste dégoûtées de reprendre le travail, les cours, le quotidien... Et elles pensent que c'est normal.

Que la vie va ainsi, qu'il faut bien travailler pour gagner sa vie. Que les vacances c'est toujours tellement mieux, mais toujours trop court.

J'aimerais attirer l'attention collective sur ce point-là: pourquoi ce serait « normal » ? Pourquoi ce serait ça la vie ?

Honnêtement, je n'échappe pas à la règle de ceux qui seraient bien restées en vacances encore un peu. Mais justement, je n'ai pas envie de croire que je suis condamnée à déprimer jusqu'aux prochaines vacances... Alors je décide de faire le point.

Faisons le ensemble !

Pourquoi à votre avis sommes-nous déprimés à la rentrée, restons déprimés un petit bout de temps, puis finissons par reprendre le rythme ?

Je n'ai pas de preuve scientifique mais cette année j'ai compris ce phénomène... En tout cas pour moi. J'espère que ça vous parlera aussi.

Voilà ma prise de conscience: en vacances nous n'avons plus les obligations ni la gestion du quotidien. Du coup, le cerveau rêvasse, nous nous faisons plaisir, nous imaginons et faisons des choses qui comblent nos sens et nos désirs.

En quelque sorte, nous nous approchons de nous-même, de notre état naturel de joie, d'innocence, de légèreté.

À la rentrée, les obligations reprennent et nous replongent d'un coup dans le « il faut » qui remplace le « j'aimerais ». Ce « il faut » nous plombe et c'est bien normal.

Pour beaucoup d'entre nous, nos vies ne ressemblent pas à ce que nous aimerions. Je vais aller plus loin : nos vies ne sont même pas proches de ce qui nous fait vraiment du bien. Mais vraiment, profondément et sincèrement.

Alors, à la rentrée nous nous prenons ce fait-là en pleine face sans forcément s'en rendre compte en ces termes-là. Et peu à peu, nous nous oublions de nouveau pour être immergés dans ces vies qui nous rongent.

Alors que faire ?

Je comprends que l'idée de regarder en face tout ce qui ne va pas dans notre vie est trop immense, trop effrayant. C'est naturel qu'on préfère fuir... en tout cas, jusqu'à un certain point.

Pour ma part, je fais quand même un métier que j'aime et que j'ai créé. Il y a eu déjà beaucoup de petites révolutions dans ma vie pour aller vers ce qui me correspond plus.

Et pourtant, ce sentiment d'être « loin de moi-même » est toujours là. Donc, en réalité ce n'est pas une question de réalité matérielle. C'est plutôt une question de ressenti.

Et ce ressenti est très fort à la rentrée, mais nous choisissons souvent de l'étouffer, par confort ou par peur, consciemment ou pas.

Faire le point, mais vraiment!

Ne pas l'étouffer... Quitte à passer une période de turbulences. Tel est mon choix. Je choisis de me demander ce qui me mine dans la vie que je me suis créée. Tous les domaines.

Qu'est ce qui a fait que j'étais si bien en vacances, au-delà du fait que l'emploi du temps était libre ? Ce que j'ai mangé qui était très sain, ce que j'ai fait qui était beaucoup plus centré sur moi et mon bien être que sur la gestion des problèmes.

Et ça peut aller jusqu'aux gens que j'ai vus (ou pas vus justement), aux vêtements que j'ai portés, le lieu où j'étais et qui me correspondait vraiment, etc.

Et dans mon quotidien... Comment ça se passe ?

Là, encore une fois, c'est cette idée de faire le point général. Et autant que possible, discernez... le fond de la forme.

Est-ce que vous faites ce qui ne vous convient pas ? Ou plutôt la façon de le faire ? Est-ce votre forme physique, ou plutôt la façon dont vous traitez votre corps ? Est-ce votre relation, ou la façon dont vous avez l'impression de la vivre ?

Quoi qu'il arrive, quoi qu'il en soit... C'est toujours se rapprocher de soi-même. Un petit pas de plus. Le plus drôle c'est que plus on fait de petits pas, plus le ressenti devient plus fort. Plus on avance, plus on a besoin d'avancer. Plus on est proche de soi-même, plus on a mal quand quelque chose nous en éloigne. Et évidemment, plus on est déterminé à rendre notre vie à l'image de qui on est vraiment.

Ne serait-ce pas ça la clé du bonheur? 

Ensemble, vitaminons nos vies ! Laissez-moi vos commentaires ou questions dans la boite ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page