Que feriez-vous si vous n'aviez pas le choix ?

Que feriez-vous si vous n’aviez pas le choix? (1ère partie de 2)

Et s'il n'y avait pas d'autre choix que d’être à votre meilleur en toutes circonstances ? Et s'il n'y avait pas d'autre façon de vivre que d'apporter une contribution significative aux gens autour de vous ? Et si les peurs, les fuites et toutes les autres solutions de rechange étaient impossibles ?

Cela changerait-il quelque chose ? Est-ce que votre attitude changerait ? Est-ce que vos décisions seraient différentes ?

Alors, prenez juste une seconde pour y réfléchir.

Que feriez-vous si vous n'aviez pas le choix ?

Mais est-ce qu'on a VRAIMENT le choix ?

Mais, bien sûr, nous avons le choix. Ce que j’ai décidé de vous partager cette semaine est une expérience que j’ai choisie de vivre la semaine dernière. Dépendamment des circonstances et de l’état émotionnel de la personne, je ne la recommande ni ne la suggère. Cependant, je vous la partage parce si jamais vous aviez une décision émotionnellement difficile à prendre, peut-être que ma façon de faire pourrait vous aider à prendre votre décision.

Vivre c'est faire des choix

Le 17 mai dernier, mon oncle Marcel décédait. Il a tellement été présent au sein de ma famille. C’était un homme de cœur, une figure paternelle et une autorité vu qu’il était policier. Il n’a jamais hésité à intervenir dans tous ces drames et violents conflits familiaux qui faisaient partie de notre quotidien. Il a été une ressource et un support extraordinaire et je ne veux même pas imaginer ce qui se serait produit s’il n’avait pas été là pour nous.

Un grand sentiment de tristesse m’a envahie pendant les premières heures suivant la nouvelle. Cependant, après quelques heures, les émotions ont basculé et je me suis retrouvée dans un état de panique, d’anxiété et de peur. Je me sentais tremblante, fragile et vulnérable.

Cet état s’intensifiait de minute en minute pendant que je m’entêtais à penser, à analyser et à essayer de rationaliser ce qui se passait en moi. Je médite tous les matins pour approfondir encore plus ma connexion spirituelle, mon ouverture du cœur, mon état de clarté et de sagesse. Et je m’y remets à n’importe quel moment si nécessaire. C’était un de ces moments. La réponse ne venait pas et non seulement mon état persistait mais il s’amplifiait.

Je me suis donc retirée dans le silence en ralentissant le rythme de ma respiration et j’ai médité. De cette façon, je suis présente à mes émotions qui émergent, je les accueille en me rassurant, je retourne à ma source, cet espace d'où jaillissent mes réponses.

Un choix important et déterminant

Avec la nouvelle du décès de Marcel et cette tristesse, je n’avais pas réalisé que j’aurais à aller au salon funéraire et à faire face à l'abuseur de mon enfance. Même si je lui ai pardonné, l’idée seule de me retrouver dans la même pièce que lui a ramené toutes ces émotions de mon enfance enregistrées dans ma mémoire cellulaire. Avec cette réponse qui portait tout son sens, je me suis centrée sur ma source, ma lumière, cette énergie protectrice qui me permet d’être dans mon plein pouvoir. Cet espace qui me reconnecte à ma puissance et à une totale confiance de vivre l’expérience qui se présente à moi parce que je suis prête. Cette expérience arrive là parce que je suis prête maintenant. Je me déclare consentante à la vivre même si je ne sais pas encore comment.

Je suis ressortie de cette méditation avec une réponse et une piste de transformation. Je suis devant l’opportunité de pouvoir faire passer une partie de moi de l’obscurité à la lumière. Je dois changer la perception et l’intention derrière cette expérience. Je me retrouve dans une zone d’obscurité lorsque ma perception et mon intention est de faire face à cet abuseur. Comment faire pour réaliser concrètement ce passage de l’ombre à la lumière ?

Quelques questions à se poser

  • Pourquoi je veux y aller ?
  • Comment vais-je me sentir si je décide de ne pas y aller ?
  • Comment vais-je me sentir si je décide d’y aller ?
  • Qui suis-je si je décide de ne pas y aller ?
  • Qui suis-je si je décide d’y aller ?

Ces questions peuvent être personnalisées selon votre situation et vous aideront à faire votre choix.

Allez-y, essayez !

 

Que feriez-vous si vous n’aviez pas le choix ? - 2ème partie - Comment répondre aux questions ci-dessus et comment en arriver à faire un choix & comment modifier les questions selon le contexte (personnel ou professionnel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page