On a toujours le choix

On a toujours le choix !

Il nous arrive tous de vivre des situations où on a le sentiment qu'on n'a pas et qu'on ne devrait pas vivre ça! Combien de fois, je me suis entendue dire : « Qu'est-ce que tu veux? » ou « C'est comme ça! » ou « Je n'ai pas le choix ».

Et je pense ne pas être la seule 🙂

Que ce soit dans sa vie amoureuse, familiale ou dans sa vie professionnelle, on applique le « j'ai pas le choix » à toutes les sauces! On peut même s'en servir plusieurs fois par jour, en passant du plus grand dilemne existentiel à la situation la plus insignifiante.

Je vous assure que pendant longtemps j'ai cru, réellement cru, que beaucoup de choses que je faisais ou de situations que je vivais étaient basées sur le « je n'ai pas le choix », aujourd'hui, c'est tout à fait le contraire.

On a tous le choix et on exerce ce droit de choisir chaque jour, chaque minute, chaque seconde.

Voir ça autrement!

Bien sûr, la seule situation où on n'a pas le choix ou une influence, c'est sur ce qui est déjà arrivé dans le passé.

Cependant, on a toujours le choix de la façon dont on réagit, de ce qu'on en pense, de ce qu'on en dit et de ce qu'on en fait à partir de maintenant. Pour citer Randy Pausch, « vous ne pouvez pas changer les cartes qui vous ont été distribuées mais vous pouvez changer la façon dont vous les jouez. »

Admettons que vous êtes ajointe administrative, et que c'est un travail que vous n'aimez pas car votre passion est la pâtisserie. Vous sentez que vous n'avez pas le choix de continuer votre travail d'adjointe administrative parce que vous avez besoin de ce revenu pour contribuer au support de votre famille et pour payer les factures.

On a le choix dans sa façon de voir la situation et du comment on réagit.

Peut-être que vous vous dites : « Comment je peux avoir un choix ? Je dois continuer de travailler au bureau. Si je démissionne, je n'aurai pas les revenus pour aider ma famille et payer les factures. Quittez mon emploi serait égoïste, je ne serais pas un bon parent et on n'aurait plus de qualité de vie. J'ai donc pas le choix! »

Bien sûr que vous avez le choix. Vous pouvez démissionner et suivre votre passion. Cependant, vous choisissez de garder votre emploi d'adjointe administrative. Vous faites le choix de rester pour le moment car vous choisissez les bénéfices d'une sécurité financière et de votre qualité de vie. C'est là toute l'importance d'assumer le choix qu'on fait.

Et on peut appliquer cet exemple aussi dans sa vie amoureuse, familiale ou dans n'importe quelle situation. Derrière chaque choix qu'on a fait dans sa vie, il y avait un gain, que ce soit conscient ou non.

Cela peut être au nom de sa sécurité (peur du changement, peur de manquer d'argent), au nom de l'amour (peur d'abandon, d'être seul), pour la paix (peur du conflit ou d'être jugé si on s'affirme), etc.

Regardez certaines situations de votre passé et soyez honnête avec vous-même, les « je n'ai pas le choix » cachait un gain à ce moment-là, qu'ils aient été avoués ou non.

On choisit tout le temps!

Dans la vie, on fait une tonne de choix différents chaque jour. Certains font tellement partie de notre vie qu'on ne les voit même plus comme des choix.

Par exemple :

- l'heure de son réveil : i) on peut se réveiller à 6h30 et prendre son temps; ii) on peut « snoozer » et prendre le temps de s'étirer jusqu'à 7h et se dépêcher par la suite; iii) on peut décider de dormir jusqu'à 8h et d'être en retard ou iv) on pourrait même appeler et prendre une journée de congé.

- nos vêtements : pantalon, jupe, robe, jeans, on les choisit selon la situation ou comment on se sent ou comment on veut se sentir;

- le transport : Pour aller au travail, est-ce qu'on prend le train, la voiture, le taxi ou l'autobus/métro.

Et ce ne sont que quelques exemples anodins! Réalisez-vous que tout ce qu'on fait est un choix ?

Que nos actions aient un impact minime ou qu'elles changent complètement notre vie, elles sont toutes le résultat des choix que nous faisons.

Prendre sa pleine responsabilité 

Lorsqu'on est dans le « je n'ai pas le choix », on ressent de l'impuissance, on se met en position de victime, en plus de continuer à souffrir dans ces situations où on croit ne pas avoir le choix.

En passant, c'est aussi un choix que de penser ou croire qu'on n'a pas le choix même si c'est inconscient de notre part. Avec le temps, on s'éteint petit à petit, on se déconnecte de soi et on devient contaminé et pessimiste face à la vie.

Inconsciemment, je me cachais derrière le « je n'ai pas le choix ». Je ne prenais pas l'entière responsabilité de mes choix ni de mes actions. J'ai réalisé que, pour moi, ça nourrissait l'illusion de ne pas être obligée d'assumer toutes les conséquences découlant de mon choix et ça me laissait aussi une porte de sortie pour le blâme et le transfert.

Je me plaignais de mes insatisfactions et je me répétais comme un disque de vinyle qu'on a trop fait joué. Et si on m'avait demandé ce que je faisais pour y remédier? J'aurais répondu un grand « rien » avec toutes sortes de justifications qui, finalement, se traduisaient toutes par des façons différentes de cette fameuse allégaton.

Ou, on peut prendre ses responsabilités, développer son courage, prendre action pour obtenir ce qu'on veut et se transformer par la même occasion.

Tout ce qu'on fait est basé sur nos choix. On ne peut plus blâmer nos parents, nos relations passées, notre emploi, le gouvernement, l'économie, la température ou même son âge.

Si j'étais restée avec cette attitude, je n'aurais jamais été en mesure de me lancer en affaires. Je serais encore en train de me plaindre du comment ma vie n'est pas satisfaisante, du comment je tourne en rond dans mon travail, du sentiment de vide, du comment je sais qu'il me manque ce quelque chose, du comment mes parents désapprouvaient mon choix d'être entrepreneure, du comment les gens tentaient de me décourager de laisser une carrière bien rémunérée, et pour un millier d'autres raisons.

Cependant, j'ai réalisé que tout ce que j'ai fait dans le passé et tout ce que je fais aujourd'hui sont entièrement basés sur mes décisions. J'accepte et je prends la responsabilité de tout ce que je fais et surtout de toutes les conséquences qui en découle car je suis la créatrice de ma vie.

J'ai relevé et je continue de relever les défis qui me sont lancés et grâce à cela, j'adore ce que je fais aujourd'hui et je grandis de jour en jour. Quand je n'ai pas le résultat voulu, j'apprends et quand je réussis à avoir le résultat voulu, je suis fière de moi.

Si vous continuez à penser que vous n'avez pas le choix, rien ne changera. Vous resterez toujours une personne impuissante face aux situations dans sa vie. L'impuissance vient du refus d'accepter et d'assumer la responsabilité de ce qu'on choisit.

Lorsque vous admettez que c'est votre vie et que tout ce que vous faites découle de votre choix, c'est là le point de bascule et que vous pouvez changer complètement votre vie.

Au lieu de blâmer des éléments extérieurs pour ce qui vous arrive, devenez proactif et posez des actions concrètes pour réaliser ce que vous voulez vraiment. On ne se sent plus victime par les situations, on retrouve son pouvoir, sa puissance et hop! son estime personnelle augmente.

100% responsabilité - 0 excuse

Tout comme dans ma conférence du même nom, je vous laisse avec quelques questions :

- Est-ce que vous vous entendez souvent dire « je n'ai pas le choix »?
- Est-ce que vous êtes présentement dans des situations où vous n'avez « pas le choix »?
- Dans ces situations, quelles auraient été les autres options que vous auriez pu prendre mais que vous avez décidé de ne pas prendre?
- Est-ce que vous réalisez maintenant que ce que vous faites (rien faire, c'est aussi faire quelque chose), est en réalité le choix que vous prenez face à la situation?
- Quelle est la prochaine étape pour sortir du « je n'ai pas le choix » de votre situation et passer à l'action?

Peu importe comment les choses peuvent avoir l'air, on a toujours le choix. Je suis responsable de chacun d'euxet par ce fait, je dois en assumer toutes les conséquences.

C'est par la responsabilité face à nos expériences de vie que passe l'apprentissage, la découverte de soi et notre propre évolution.

Et vous, qu'est-ce que vous choisissez de vivre aujourd'hui?

2 réflexions sur “On a toujours le choix !”

  1. Et bien, je fais le choix (car là je l'ai) de poster un commentaire ... car cette phrase nue, telle quelle "On a toujours le choix" me heurte. Si elle se veut pour contrer du fatalisme, rendre responsable, dédramatiser ... je dois dire que je préfère (c'est mon choix) d'autres stratégies de survies, quand il n'y a pas le choix, je fais celui de préférer le savoir (au bon moment tant qu'affaire) et essayer de trouver mon espoir adapté ailleurs, ce qui n'est pas toujours évident je l'accorde. Si je dois remonter l'enthousiasme de mon courage, quelque chose d'un peu plus consistant est le bienvenu 😉 Certes, d'après ce que j'ai pu trouver, le grand monsieur Nelson Mandela, a utilisé cette citation, mais il y a rajouté de brèves précisions à la suite, qui remettent un peu dans un contexte. Il est bien des situations dans la réalité de la nature de cet univers, où les choix sont plutôt limités voir parfois absents ... pour beaucoup de vies et où ce dicton peut même largement culpabiliser celui qui le reçoit. C'est mon humble avis. Je ne suis pas d'accord avec cette phrase brute. D'abord, qui c'est "On" ? Puis ... "toujours" ? pas toutes les nuits aussi ??? C'est quoi c't'arnaque ?! 😉 😉 😉

    1. Oui tu as le choix Pauline et je prends le choix de te répondre 🙂 Désolée que mon titre t'ait heurté et je respecte ton analyse et ton opinion.

      Cependant, pour avoir cru pendant longtemps qu'il y avait des réalités dans cet univers où je n'avais pas le choix, je ne suis plus de cet avis. Pour avoir vécu la violence physique et psychologique, l'abus sexuel pendant plus de 5 ans et un viol à 19 ans, je peux te dire que j'ai toujours eu le choix dans ma perception, ma façon de penser, dans mes croyances, dans mes actions et surtout dans la personne que je voulais être.

      Je ne suis pas une forte adepte du "toujours" mais en ce qui concerne le choix que nous faisons, que ce soit d'abandonner, d'accepter ou de se relever indépendamment des circonstances, je le maintiens. "Pour beaucoup de vies..., cela peut largement culpabiliser..." ou responsabiliser dépendamment d'où on se place. Tu as parfaitement le droit de ne pas être en accord mais sache qu'il n'y a pas d'arnaque, tout comme toi, c'est seulement mon humble opinion que je partage de mes expériences et apprentissages. Je célèbre donc nos choix respectifs! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page