La nouvelle tendance : les cosmétiques « vegan »

cosmetique-vegan
Tout d’abord, établissons quelle est la différence entre le végétarisme et le régime « vegan ».

Le végétarien est une personne qui exclut totalement la viande, les poissons et les fruits de mer de son alimentation.

Voici les différents types de végétarisme :

  • Le lacto-ovo-végétarisme : on consomme des produits issus d’animaux comme le lait ou les œufs.
  • Le lactovégétarisme : on consomme des produits laitiers, mais pas d’œufs.
  • Le semi-végétarisme : on consomme du poisson et des fruits de mer.

Le véganisme consiste à éliminer toute provenance directe ou indirecte de source animale ou de son environnement. Le vegan va au-delà du régime alimentaire. En plus de ne manger aucun produit issu d’un animal, il ne porte pas de vêtements en cuir ou en laine, et n’utilise pas de cosmétiques contenant des dérivés animaux ou testés sur eux.

Pourquoi choisiriez-vous un cosmétique vegan ?

Pour de multiples raisons, mais voici les principales :

  • Parce-que vous êtes sensible aux bienfaits de la santé et de l’alimentation au naturel.
  • Parce-ce que vous êtes solidaire et engagé à la protection de l’environnement.
  • Parce-que vous refusez l’exploitation animale sous toutes ses formes.

Qu’est-ce qu’un cosmétique vegan ?

Vous pensez peut être qu’il s’agit de ne pas lui imposer de tests sur les animaux et hop là, tout est en règle. Mais, non, ce n’est pas aussi simple que cela. Quoiqu’il n’existe pas de définition officielle pour décrire un cosmétique vegan, il n’en demeure pas moins qu’il doit satisfaire à certains critères :

  • Sa formulation ne doit pas contenir de matières premières de source animale.
  • Il ne doit pas contenir de matière produite par un animal également.
  • Il ne doit pas avoir été testé sur un animal et aucun de ses composants non plus.

Les matières premières animales contenues généralement dans les cosmétiques :

Suif de bœuf ou sodium tallowate (encore couramment utilisé dans les savons)
Collagène, élastine, acide hyaluronique, peptides, acides aminés, squalène, chitosan, huile d’émeu, huile de vison, huile de requin.

Botox : extrait du botulisme, j’y reviendrai dans un prochain article.

Les matières premières produites par l’animal dans les cosmétiques:

Lanoline (provient de laine de mouton), gelée royale, miel, cire d’abeille, propolis, œuf, albumine, lait d’ânesse, lait de chèvre, whey protéine, protéine de soie, kératine et le caviar.

Il est très facile de remplacer toutes ces molécules animales par des sources qui se retrouvent en quantité abondante dans le règne végétal, sans pour autant nuire à l’environnement. Les plantes ont elles-mêmes besoin de se protéger. Donc, elles fabriquent des molécules qui garantissent leur survie afin de s’adapter à un contexte climatique de plus en plus nocif pour elles, en raison de la pollution et du réchauffement planétaire.

Toutes les plantes médicinales, les huiles essentielles, les hydrolats, les huiles végétales ainsi que les beurres végétaux sont « vegan » de par leur nature…!

Les ingrédients animaux ne sont pas nécessaires à la santé de la peau. Bien au contraire, nous retrouvons leurs équivalents en termes de propriétés thérapeutiques dans le règne végétal.

À mon avis, si l’on est un tant soit peu « conscient » des enjeux actuels, tous les laboratoires qui produisent des cosmétiques devraient adopter un virage vert pour le plus grand bien de la population.

Histoire du célèbre rouge à lèvres de couleur rouge carmin

Ce rouge à lèvres est fabriqué à partir d’un insecte appelé la cochenille. Ce colorant doit son nom à l’acide carminique qui se trouve dans le corps et les œufs que produit la femelle. Il agit comme pesticide naturel pour protéger la cochenille de ses prédateurs.

C’est en quelque sorte son venin à elle. Ce colorant est par conséquent très allergène. Il est obtenu à partir de la pulvérisation de ces insectes. Et pour en extraire un colorant encore plus pur, le célèbre rouge carmin en occurrence, les insectes séchés sont immergés dans l’eau bouillante, dans laquelle on ajoute de l’ammoniaque ou du carbonate de sodium pour la rendre à un PH très basique. La solution est ensuite traitée avec des sels d’aluminium, ce qui produit le colorant en question.

Ouff, pouvez-vous imaginer l’intensité de ce processus agissant sur le corps inoffensif de ces pauvres petites cochenilles ? Il existe des multitudes de façons de faire aussi sordides, lorsqu’on tente d’extraire les composants d’autres animaux et c’est même parfois pire encore. Aujourd’hui, je vous épargne ces autres méthodes...mais, on y reviendra.

À prendre en considération, il faut près de 100 000 insectes pour produire une quantité aussi minime que 454 gr, soit une livre de ce colorant. La prochaine fois que vous appliquerez votre « beurre babine tout naturel », ayez une pensée pour ces femelles cochenilles (Dactylopius Coccus), à qui vous devez cet énorme privilège. Un peu de solidarité féminine s’impose quand même…qu’en pensez-vous ?

Personnellement, depuis le jour où j’ai appris cela, je n’ai plus jamais utilisé de rouge à lèvre à base de rouge carmin, couleur que j’affectionne particulièrement en passant. Je me suis mise en mode recherche et j’ai trouvé une alternative tout à fait naturelle à base d’extrait de racines de grémil des teinturiers, aussi appelé « herbes aux perles» qui pousse ici même au Québec. C’est un colorant végétal très sécuritaire et de surcroît, de couleur rouge flamboyant. Merci à Dame nature d’être si merveilleuse et si généreuse envers nous. Je suis remplie de gratitude quand j’y pense...!

Petite recette vegan maison : sérum coup d’éclat teint santé !

  • 5 ml d’huile végétale de cerisier biologique (antioxydant, vitamine A et E)
  • 5 ml d’huile végétale de cassis biologique (améliore l’élasticité de la peau)
  • 5 ml d’huile végétale de citrouille biologique (nourrissant et régénérant)
  • 4 gouttes d’huiles essentielles de bois de rose (prévient le vieillissement)
  • 3 gouttes d’huiles essentielles de géranium rosat (aide à la circulation sanguine)
  • 2 gouttes de colorant à base de racines de grémil des teinturiers (pour la couleur naturelle)
  • 1 goutte de vitamine E (pour la conservation)

Mélanger le tout dans un flacon pompe de préférence et appliquer sur votre peau au besoin.

C’est aussi simple que cela la beauté au naturelle…!

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de