Les fantasmes: origine et fonction créatrice en psychothérapie

Les fantasmes: origine et fonction créatrice en psychothérapie

« Fantasmes et scénarios sexuels sont au désir ce que les mots sont à la littérature »
(Michel Dorais, La mémoire du désir)

La question qui revient sur toutes les lèvres et qui est souvent abordée à travers les médias est de savoir si, oui ou non, les fantasmes doivent être réalisés. 

En réponse à cela, je dirais que chaque personne doit prendre le temps de mesurer la portée du fantasme à réaliser. Est-ce un fantasme dans lequel on serait confortable? Mettrait-il en danger notre santé physique ou mentale? Mettrait-il en péril certaines facettes de notre vie amoureuse ou professionnelle? Mettrait-il en action dans le réel une version de nous que nous souhaitons explorer?

L’univers du fantasme a le pouvoir de générer de l’excitation sexuelle mais il peut aussi être dérangeant pour d’autres. C’est un porte-voix de notre inconscient érotique qui s’est construit petit à petit à partir de nos expériences du passé.

L’origine du fantasme est fascinante, alors voici dans un premier temps une amorce pour mieux comprendre la construction de celui-ci et, dans un deuxième temps : comment pouvons-nous tirer profit en psychothérapie de cette capacité à se fantasmer pour enclencher le développement de soi?

Origine et construction du fantasme

Le cerveau a la capacité d’emmagasiner les souvenirs qui sont les traces de notre passé mais il a aussi la capacité de nous projeter dans le futur. C’est un va-et-vient imaginaire entre le passé et le futur qui alimente le désir sexuel. 

C’est à travers nos expériences affectives significatives de notre vie que l’univers de nos fantasmes va se constituer. D’abord avec nos parents et ensuite avec les individus marquants qui auront croisé notre chemin et qui laisseront des empreintes de leur passage en nous.   

Alors, aussi bénin ou complexe que cela puisse paraître, une rupture amoureuse, un rejet, un amour refoulé et inavoué peuvent causer un traumatisme ou une frustration suffisamment émotive pour que notre cerveau l’enregistre et le relègue dans notre mémoire affective. 

Donc, les fantasmes seront construits à partir du matériel enregistré dans notre trajectoire relationnelle. 

La psyché humaine cherche toujours une manière de corriger ses blessures du passé d’une quelconque façon. L’individu est donc souvent attiré vers des relations qui vont lui offrir une deuxième chance de recôtoyer ces situations potentiellement blessantes afin de les reconvertir en situations plaisantes.

Les fantasmes: origine et fonction créatrice en psychothérapie

Le fantasme est donc une manière de se réparer via l’imaginaire en le concrétisant dans le réel avec les avantages et les conséquences que cela apporte. 

Se fantasmer au profit du développement de soi

Maintenant, tentons de donner un autre visage au fantasme et ce, dans le contexte de la psychothérapie.

Moins dans le registre purement sexuel comme nous l’avons vu précédemment, mais plus dans une perspective de développement de soi. 

Ainsi, c’est à travers le dialogue entre le psychothérapeute et la personne aidée qu’une co-construction s’opère pour donner du sens à la fois au moment présent mais aussi au temps futur. 

Cela permet d’ouvrir un monde des possibles à la personne aidée pour qu’elle enclenche des agissements lui permettant d’atteindre ses objectifs individuels et relationnels. 

L’objectif étant de rendre le fantasme à la conscience (origine du mot grec phantasme signifie fantôme) et de le concrétiser en quelque chose de réel et d’épanouissant. 

En bref, c’est d’amener la personne à se fantasmer dans un avenir meilleur; un ailleurs plus confortable; avec une personne mieux ajustée pour ses propres besoins affectifs; atteindre une sérénité avec soi-même. 

Il est même permis d’avancer que c’est une façon de construire un passé plus heureux. C’est possible!

Ainsi, pour bien comprendre la signification de nos fantasmes soit dans une perspective érotique, relationnelle ou de développement de soi, le contexte le plus sécuritaire et indiqué est celui d’une psychothérapie. 

C’est un espace relationnel entre le psychothérapeute et la personne aidée où des significations de soi (passé) et un sens de soi (futur) prennent forme à travers ce qui est élaboré dans le dialogue. 

J’espère avoir pu démystifier quelque peu l’origine des fantasmes et leurs constructions et avoir ouvert sur une autre utilité de la fonction imaginative du fantasme pour se « pousser vers l’avant » et vers une vie plus épanouissante en utilisant le contexte de la psychothérapie. 

Sur ce, je vous laisse sur une citation inspirante de Jacques Brel :

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. » 

Ensemble, vitaminons nos vies! Laissez vos commentaires/questions dans la boite ci-dessous!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page