Les dessous de Pâques

Les dessous de Pâques!

Ça y est, fiston croule sous le chocolat : lapins, Thor, poules, Buz Light Year – ils forment une véritable armée dans la cuisine. Un peu de gestion alimentaire s’impose afin d’éviter une attaque d’hyperactivité.

Pâques, cette si belle fête printanière, n’est-elle qu’une dévotion au dieu Cacao ? Il fut un temps où nous fréquentions l’église à cette occasion. Pour quelle raison déjà ? Ça me revient, la résurrection de Jésus!

Mourir pour ensuite revivre.

Un concept relevant des films de science-fiction.

Pourtant, la foi chrétienne est basée sur la croyance que le Fils de Dieu a réellement poussé la pierre de son tombeau afin d’en sortir bien vivant! Mais qui, de nos jours, croit encore à cette légende ? À quoi bon relater ce fait divers vieux de deux millénaires et dont on ne conserve aucune preuve ?

Il m’a fallu quelques années de vie en communauté religieuse pour découvrir le sens profond de la chose. En fait, la renaissance du Christ s’apparente étrangement aux actuels courants de pensée positive.

Tirer la vie de la mort, voilà le propre de la résurrection.

Dans le quotidien, cela implique de croire que les évènements négatifs et les difficultés n’ont rien de définitif. Il est toujours possible d’en sortir gagnant.

D’une maladie peut naitre une transformation intérieure nous menant au bonheur. Un divorce peut faire jaillir la capacité de s’aimer soi-même. Une perte d’emploi peut générer un nouveau travail, encore plus valorisant. Un deuil peut amener à réaliser l’importance de vivre selon nos priorités. D’une situation financière précaire peut émaner la motivation de réussir. Un burnout peut engendrer le respect de nos limites pour un plus grand équilibre.

Quoi qu’il en soit, ressusciter rime avec triompher.

Les optimistes de ce monde sont des adeptes inavoués de la résurrection. Ainsi en est-il de ceux et celles qui n’abandonnent jamais tout en espérant que demain sera meilleur.

Mais comment apprendre à demeurer confiante et énergique dans la tempête si le climat est toujours favorable? N’ai-je pas besoin de tribulations pour pratiquer mon attitude de ressuscitée ?

Parfois, on me fait la réflexion suivante : « Dieu nous envoie les épreuves que nous pouvons supporter. » Je ne crois pas que le divin, s’il est Amour, puisse être à l’origine de nos misères. Ne faudrait-il pas plutôt accepter que sans adversité, la VIE n’est pas complète ?

Il nous est impossible de nous dérober aux situations douloureuses. Et pourquoi le ferions-nous, si ce n’est que par peur ?

Prenons notre courage à deux mains et faisons face à l’épreuve.

Concentrons-nous sur notre grandeur, notre puissance ainsi que sur notre capacité à triompher de cette situation ténébreuse.

Ouvrons-nous aux solutions, aux possibilités infinies et aux miracles.

Voilà une adaptation moderne d’une doctrine que l’on dit réservée aux chrétiens.

Il y a tant d’exemples de gens autour de nous ou d’éléments dans la nature qui nous rappellent que vivre est une force dont la menace de mort ne vient pas à bout.

À nous d'y croire!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page