Les chaussures de la cohérence

Les chaussures de la cohérence

Cette semaine, j’ai connu toute une rechute de victimite aigüe, de sauveuse « courageuse » et de baboune extrême!

Vous me direz à quoi bon le coaching si tu reviens à tes mauvaises habitudes quand tu as le cœur gros, que tu vois de la mauvaise intention dirigée contre une amie et que tu es fâchée!

Vous n’auriez pas tort de me bousculer un peu si ma coach ne l’avait pas déjà fait (rire).

Et on parle bien de mauvaises habitudes là... d’habitudes dont on veut se départir.

Oui, j’accorde le verbe de la dernière phrase à la troisième personne parce que je ne suis pas la seule à vivre ça.

Reporter nos vieilles chaussures se fait si naturellement quelquefois, qu’on ne se rend même pas compte qu’il y a des semelles toutes neuves qui nous attendent et qui sont si équilibrées qu’on dirait qu’elles sont faites pour marcher sur les nuages!

Je vous parle des nuages et je pourrais tout aussi bien vous jaser de la lune, car, dans les faits, c’est là que j’étais, dans la lune!

Le plan

J’avais un plan pourtant et je m’y tenais vraiment.

Et voilà! Une épreuve dans ma vie de coachée et je remettais en questions le coaching lui-même. Je me sentais grande et forte et je m’étais convaincue que je n’avais plus besoin de ma coach.

Grosse erreur s’il en est une puisque je sentais de l’incohérence en moi, une dualité s’installait.

Je me sais grande, mais je serai véritablement forte lorsque je ne laisserai plus les durs coups me déstabiliser au point de me laisser tomber.

La victime, la sauveuse et « the baboune »

Vous est-il déjà arrivé de croire que le monde était contre vous et que vous n’aviez aucun choix? Si ça, ce n’est pas agir en victime, je me demande bien ce que c’est!

Vous est-il déjà arrivé de prendre sur vous tous les malheurs des autres comme si vous aviez le pouvoir absolu de tout régler? Si oui, je ne vous apprendrai rien si je vous dis que vous aviez le syndrome du sauveur à fond.

Enfin, vous est-il déjà arrivé de vous saboter vous-mêmes en choisissant de voir l’ombre plutôt que toute la lumière qu’une situation attire? Si oui, si vous êtes comme moi, je n’ai qu’une chose à dire : on peut bien faire la gueule!

Quoi faire?

Suffit de se regarder le nombril en trouvant qu’on fait pitié! Mais souvent, ça prend une aide extérieure pour nous faire voir ça.

Pour la personne en cheminement personnel, elle finira par s’en rendre compte. Pour les autres, si vous croyez qu’il est normal d’agir ainsi, je dis go, go, go... je vous encourage à faire un premier pas sur la route de votre vie et d’en apprendre sur vous afin d’être enfin heureux et cohérent.

Il importe également de se ramener à ses valeurs lorsque nous ne nous sentons pas bien.

Pourquoi est-ce que je me sens ainsi? Ai-je respecté mes valeurs?

Qui punir?

Le plus beau dans tout ça, c’est que personne n’est à punir... m’enfin, vous vous êtes déjà suffisamment punis en agissant ainsi non?

Je trouve important de parler de punitions puisque la tendance veut qu’on se tape sur la tête lorsqu’on oublie, qu’on omet ou qu’on ne réalise pas tout simplement.

Tout le monde peut se tromper, il n’est pas nécessaire de se faire davantage de mal pour autant!

S'encourager

Si vous bénéficiez du coaching actuellement en tant que clients, votre coach saura vous recadrer et vous encadrer afin de faire taire toujours plus rapidement la victime cachée en vous. Même chose pour la sauveuse ou celle qui boude dans son coin!

Si vous ne vivez pas le « coaching », tenez bon, informez-vous et regardez-vous une fois pour toutes en toute sincérité et vous constaterez que vous serez à même de dresser une liste de points à améliorer pour votre propre bonheur.

Nul besoin de connaître les termes de coaching pour se rendre compte que nous ne nous sentons pas bien.

La lumière au bout du tunnel

Ce qu’il y a de bien avec les mauvaises habitudes, c’est que dès que nous savons que nous en avons une, il est impossible de faire semblant que nous ne savons pas.

Plus le temps passera et moins il vous faudra longtemps pour vous rendre compte que vous avez remis vos vieilles chaussures.

L’adage qui dit qu’on est bien dans nos vieilles chaussures n’est pas toujours vrai.

Vous verrez, les chaussures de la cohérence sont beaucoup plus confortables, légères et pratiques!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page