Le temps de la ménopause au mi-temps de la vie

Le temps de la ménopause au mi-temps de la vie
« À la ménopause il faut faire vite et on a tout notre temps », paroles dite par une femme sage lors d’un atelier sur les rituels de passage.

Cette phrase, m’était adressée car j’avais l’impression que le temps avançait trop vite. Elle me sert de rappel pour me souvenir qu’une grossesse prend 9 mois et que le défi d’accoucher de soi à la ménopause nous attend alors que nous sommes à l’étape de dire adieu à nos ovules.

Au mi-temps de la vie, on mérite de se donner une pause pour prendre le temps de vivre la transformation.

Quelques impacts de la ménopause

Ce temps de transformation peut nous ralentir et créer de la frustration quand, dans la quarantaine, nous faisons face aux changements hormonaux qui perturbent notre vie…une autre fois.

Souvent, nous avons tendance à vouloir tout faire comme avant, à s’exiger une performance continuelle. Nous avons perdues, pour plusieurs femmes, la notion du respect des cycles.

Nous subissons les changements au lieu d’accueillir le mouvement que notre corps nous propose.

J’ai appris, à travers mon expérience de la ménopause, à accueillir ce qui est et à choisir au lieu de subir, à dire merci aux symptômes car ils me parlent de l’endroit dans mon corps qui demande de l’attention maintenant pour pouvoir vieillir en santé.

Les symptômes, ou les signes de la transformation comme j’aime les appeler, sont de précieux guides vers notre mieux-être. Il est essentiel cependant de ne pas les masquer, mais de trouver la cause derrière les symptômes.

En péri ménopause, vers la fin de la quarantaine, je me suis retrouvée avec un trouble anxieux et des problèmes de sommeil. J’ai donc cessé certaines activités. Je ne me reconnaissais plus.

J’ai été déstabilisée par l’intensité de mes réactions. Alors, je me suis mise en mode recherche pour comprendre ce qui se passait dans mon corps.

Je me suis sentie bien seule sur ce chemin et souvent perdue devant toutes les informations disponibles.

Ce fut un parcours difficile qui a donné naissance à ma mission de vie.  À ce qui m’importe vraiment le plus de partager avec d’autres femmes : nous avons le potentiel de fleurir et non flétrir à la ménopause.

Repères

Si vous vous sentez moins bien dans votre corps, si votre capacité à gérer votre quotidien diminue, si votre niveau de tolérance baisse rapidement, si vous avez de plus en plus envie d’espace pour vous, la transition de la ménopause est probablement en partie responsable de votre état.

Un des mythes entourant la ménopause est que la série d’inconforts, ou de symptômes que nous vivons, est uniquement associée au fait que nous sommes en péri ménopause ou en ménopause.

La réalité est que la ménopause impose un stress supplémentaire au corps. Si nous avons accumulées dans notre vie beaucoup de stress, ce qui est le cas de la majorité des femmes nord–américaines, nous n’avons pas la réserve nécessaire pour ajouter cette demande à notre corps.

Une demande qui s’adresse particulièrement à nos glandes surrénales qui doivent prendre le relai de nos ovaires.

Les essentiels

Pour faire un premier petit pas dans cette transition de vie, voici les essentiels :

  • Si vous avez plus de 40 ans, votre corps a déjà commencé la transition
  • En priorité, apprenez à gérer votre stress. Puis, pensez surtout à trouver des moyens pour diminuer les sources de stress. Votre transition de la ménopause en sera facilitée
  • Un moyen rapide pour diminuer le stress est l’exercice suivant : dans la journée, prenez des pauses de 1 à 3 minutes. Fermer vos yeux et concentrer votre attention sur votre respiration en observant les sensations de l’air qui entre et qui sort de vos narines. Vos glandes surrénales seront remplies de gratitude pour ce moment de pause

La ménopause a de multiples facettes fascinantes à découvrir.

Alors souriez, vous entrez dans une phase de votre vie qui vous ouvrira des portes insoupçonnées!

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de