Le sens véritable de l’erreur

Le sens véritable de l’erreur

Quand j’avais 19 ans, j’ai abandonné mes études pour la première fois. Un an plus tard, le 2e essai s’est terminé de la même façon.

Quand j’avais 21 ans, je me suis fiancée, nous avons dépensé près de 5000 € pour les préparatifs du mariage, et puis j’ai tout annulé.

L'erreur est-elle humaine?

« Et même si on ne me demandait pas de revenir en arrière, aux yeux de beaucoup (et aux miens aussi), c’était des erreurs. » J’avais perdu du temps, de l’argent, fait de la peine à beaucoup de personnes… c’était des « erreurs », parce que c’est classique de considérer ce genre de choses comme des erreurs.

Le concept de l’erreur est ancré dans nos cellules, avec une telle force que même si ça nous fait souffrir, on ne se demande jamais si c’est même réel. Dans notre vision du monde, le parcours devrait être parfait, et même s’il ne l’est JAMAIS, nous continuons à vouloir ça.

Mais est-ce qu’un arbre se sent coupable de ne pas avoir poussé une branche dans la bonne direction? Est-ce que le concept même de la « mauvaise direction » existe?

Est-ce que ça existe dans la nature, le fait de se dire « bon là ma branche a poussé un peu trop à l’ouest que ce que je voulais, mais malgré la culpabilité que je ressens, je vais faire de mon mieux et apprendre de cette erreur, et la prochaine branche sera parfaite. »

La leçon

La « leçon » est un concept tout aussi mental que l’erreur.

Les deux impliquent que la satisfaction ne pourra venir que plus tard, que le moment présent ne vaut pas trop la peine d’être pris en compte puisque dans un passé récent je me suis trompé, et ce n’est que dans un futur, j’espère près, que je pourrai me racheter.

L’arbre n’a pas de temps. Chaque branche, quelle qu’elle soit, est sa façon de se développer, de grandir, de se nourrir de lumière et d’énergie.

Sa vie, c’est un cycle, et en même temps un éternel instant présent, et il n’a pas besoin de réfléchir à comment il doit pousser pour pouvoir nous donner la vie sous forme d’oxygène.

Erreur ou étape ?

Et si ça pouvait être pareil pour nous? Si on enlevait le mot erreur de notre vocabulaire, et qu'on le remplaçait par le mot « étape » ?

Au lieu de dire « j’ai fait l’erreur de dépenser une fortune dans 5 ans d’études que je n’utilise pas du tout dans mon travail actuel », nous dirions « avant d’être capable et d’avoir le courage pour faire ce que je fais aujourd’hui et de l’assumer pleinement, je suis passé par une autre étape ».

Ou au lieu de dire « je n’aurais jamais dû dire ça » nous dirions « je sais maintenant ce qu’il faut que je dise, mais avant de le savoir j’avais besoin de voir une étape supplémentaire ».

Il n’y a pas d’erreur, il n’y a que des étapes.

Et si nous sommes assez présents à nous-mêmes, si nous faisons nos « erreurs » sincèrement, avec tout notre cœur, non seulement nous saurons exactement la raison de chaque étape, mais en plus nous serons beaucoup plus détendus et joyeux, sans toute la pression qu’on se met pour être parfaits et avoir des parcours parfaits, des enfants parfaits, une image parfaite…

La perfection est partout, sauf là où on la cherche.

Autrement dit, tout est parfait et il nous suffit de regarder les choses sous un autre angle 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page