créativité ressource épuisable

La créativité, une ressource épuisable ?

Une belle croyance ça, n’est-ce pas? Pourtant, elle fut mienne pendant plusieurs années. En fait, je ne sais pas d’où elle vient. Mais je sais que j’ai longtemps cru que la créativité, nous pouvions en avoir un peu, mais qu’après un moment, le « jus de cerveau » était vidé et il en était fini de la créativité pour nous.

Juste de l’écrire, je me trouve étrange d’avoir reçu et intégré cette croyance. Même de l’avoir mise dans mes valises pour un bon nombre d’années. Trop d’années… Ainsi, jusqu’à l’automne dernier, on pouvait m’entendre dire «de la créativité, je n’en ai pas vraiment ». Aye-aye la croyance bien ancrée !! Alors aujourd’hui, je vous propose de passer en revue comment se forme une croyance et comment s’en libérer.

D’abord, une croyance, qu’elle soit limitante, comme dans ce cas-ci, ou encore stimulante est développée par les mêmes mécanismes.

  • Ce que vous avez vu et entendu;
  • Ce qu’une personne d’influence vous a appris;
  • Ce qui vous est arrivé, par exemple, des incidents précis qui vous ont profondément marqués.

La croyance limitante est simplement une croyance qui vous limite dans vos rêves, vos réalisations. En fait, c’est une croyance qui vous nuit, que vous en soyez conscients ou non. La bonne nouvelle est que si elle a pu entrer dans votre esprit par l’une des façons nommées ci-haut, elle peut également en ressortir.

Avant de voir comment le faire, je vous fais part d’autres croyances. Par exemple, à l’enfant nous disons souvent « Arrête de toucher l’argent, c’est sale ». Ou encore, « Va donner un bisou à ton grand-père, sinon tu n’auras pas de bonbons ». Dans ces exemples, sans vouloir mal faire, on apprend à l’enfant que l’argent n’est pas propre, ce qui peut grandir comme une croyance que l’argent n’est pas une bonne chose, que les gens malhonnêtes en gagnent, les autres pas. Ou encore, que l’affection vient avec une récompense nutritive, et donc amener un lien malsain avec la nourriture, ultimement, manger ses émotions.

Nous faisons de notre mieux évidemment en tant que parents pour éduquer nos enfants. Toutefois, chez vous, comme chez moi, certaines phrases nous échappent. Il n’y a pas lieu de culpabiliser. Nous pouvons simplement recadrer et éviter de les répéter.

Maintenant que ceci est clarifié, voyons trois méthodes pour se libérer soi-même d’une croyance qui gêne notre vie.

Les affirmations positives

Émile Coué, psychologue et pharmacien français, initiateur de la méthode Coué, fondée sur l’autosuggestion, qui deviendra le précepte central de la psychologie positive, a bien démontré l’utilisation des affirmations positives. Chaque fois qu’il remettait un remède pharmaceutique à ses patients, il leur prescrivait également de se répéter cette phrase 20 fois le matin et 20 fois le soir « Tous les jours, à tout point de vue, je vais de mieux en mieux ».

Pour les plus rationnels d’entre nous, afin que les affirmations positives fonctionnent, vous devez y croire, vous devez avoir la foi que ces affirmations sont vraies. Si vous désirez plus d’abondance financière et souhaitez éliminer une croyance face à l’argent, mais que votre compte en banque contient 10 dollars, il vous sera difficile de croire à une affirmation comme « Je suis millionnaire ». Préférez plutôt une affirmation comme « Je suis libre financièrement » ou encore « J’ai les milliers de dollars nécessaires pour bien vivre, et encore mieux ». J’aime la mention encore mieux, qui laisse place à la générosité de la vie de vous apporter davantage.

Alors, pour bénéficier du pouvoir d’affirmations positives, je vous conseille d’en choisir une qui est réaliste et permet d’aller au-delà de votre souhait réel que vous vous répèterez quotidiennement, matin et soir, comme un mantra. La méthode Coué suggère 40 fois par jour. Toutefois, un nombre plus restreint de répétitions sincères, dans la foi, vous apportera de bons résultats.

Faites-le pour un mois, quotidiennement, et observez comment vous vous sentez face à la croyance limitante une fois votre mois complété. Répétez un autre mois, au besoin, ou voyez si vous sentez devoir changer votre affirmation, pour qu’elle puisse s’incruster plus facilement dans votre subconscient et y être acceptée comme une vérité absolue.

En résumé : il faut croire votre affirmation positive, la phrase ne doit pas comporter de négation et doit être positive, laisser place à être mieux (encore mieux, de mieux en mieux, et plus encore, etc.), la répéter quotidiennement et sur une période de temps de quelques semaines.

Faire comme si

Je vous propose ici de faire comme si la croyance limitante n’était pas vraie. Car en fait, elle n’est vraie que parce que vous l’avez un jour intégrée et lui avez donné de l’importance. Alors, plutôt que d’utiliser les affirmations positives, ce sera à travers vos actions que vous pourrez passer outre cette croyance.

Vous avez peut-être déjà entendu l’expression anglophone «fake it until you make it», en ma traduction libre : «Imitez-le jusqu’à ce que ce soit naturel pour vous».

Donc, reprenons l’exemple de l’argent. Vous souhaitez être millionnaire, toutefois, vous avez eu une croyance négative face à l’argent. Vous pourriez peut-être fréquenter un endroit qui pour vous, représente la richesse. Vous pourriez décider d’aller à la table d’un grand restaurant par exemple. Vous n’en avez pas les moyens? Peut-être, mais vous pouvez y aller en mi-journée pour prendre un café, un thé et lire un bon livre ou votre journal. Ou encore, y travailler à votre ordinateur. Vous imprégner de cet endroit qui pour vous représente la richesse, en ayant la conviction que vous y viendrez pour un repas 8 services.

Pour contrer une croyance comme celle que « la créativité est une ressource épuisable », c’est cette technique que j’ai utilisée, toutefois, sans en faire directement le choix. Je m’explique. Pour des bienfaits de détente et de méditation, j’ai commencé les coloriages de mandalas. Une activité qui me fait un bien fou pour calmer mon stress, mes angoisses et me connecter à mon intuition. Mes premiers mandalas se ressemblaient tous. Alliant différentes teintes de roses et de bleus, un peu de jaune, les journées où je me sentais un peu plus créative.

Les artistes parmi vous avez assurément les yeux écarquillés en lisant ces lignes. Mais c’est vrai. J’ai une bonne centaine d’heures de coloriage avec des teintes de roses et de bleus, principalement des mandalas de fleurs. C’était machinal, le geste de colorier en cercle me détendait, point barre. Mes pensées laissent aller le mantra au rythme de mes coups de crayon rose et bleu. Il n’y avait rien à ajouter. Toutefois, la méditation à ce pouvoir fantastique de nous connecter avec notre Être, notre véritable essence, notre intuition.

Mes débuts à reprendre contact sans le savoir, avec la créativité, avaient un but tout autre : relaxation et méditation. Dans ma tête, cette activité n’avait rien à voir avec la créativité. Je n'en avais pas, point final. Mon intuition m’a amené, pas à pas, à choisir des mandalas différents, moins fleuris, parfois d’animaux ou d’autres éléments de la nature. Et peu à peu, la créativité s’est éveillée et un chat a pu être coloré en mauve, simplement parce que j’en avais envie, tout en sachant que les chats mauves n’existent pas.

Graduellement, j’ai pu réaliser, en faisant comme si j’étais créative, que la créativité ne s’épuise pas. En fait, elle peut (comme dans mon cas) s’épuiser à qui ne sait pas entrer en contact avec son Être, son essence profonde. Tant et aussi longtemps que je pourrai entrer en contact avec mon essence, la créativité ne sera jamais loin. Pour preuves, maintenant c’est toujours quand je suis en contact avec moi-même que montent en moi les idées créatrices. Que ce soit en méditation, pendant une randonnée en vélo, alors que je relaxe dans mon bain, etc.

J’ai maintenant la foi inébranlable que ma créativité est une ressource inépuisable.

Trouvez l’antidote à cette croyance limitante

Cette technique permet de transformer la croyance limitante en une croyance stimulante, à l’aide d’un antidote. Commencez par nommer votre croyance limitante. Par exemple : La créativité est une ressource épuisable. Ensuite, nommez son antidote, une croyance stimulante : La créativité est une ressource inépuisable.

Puis, listez des événements qui sont les preuves que cette croyance est véridique :

  • Je laisse ma créativité sortir des sentiers battus pour choisir les couleurs de mes mandalas;
  • Mes mandalas sont des œuvres de mon être et je les expose fièrement sur mes murs;
  • Je prends plaisir à choisir les couleurs, à laisser mon essence « être » à travers mes coloriages.

Quand votre liste est terminée, lisez à voix haute votre croyance stimulante, ainsi que la liste des événements qui prouvent qu’elle est vraie. Vous pouvez user ici de récurrence, en répétant la croyance stimulante quotidiennement pour quelques semaines et/ou répéter d’autres événements qui prouvent la véracité de cette croyance stimulante.

Pour conclure, il existe évidemment plusieurs méthodes pour se départir d’une croyance limitante. Parfois, l’aide d’un thérapeute (coach PNL certifié, hypnothérapeute, spécialiste en EFT, etc.) peut être nécessaire. Toutefois, vous avez ici trois méthodes simples pour vous aider à cheminer par vous-même, à dynamiser vos croyances pour vous permettre de continuer d’avancer et d’outrepasser cet obstacle qui vous bloque sur le chemin de vos rêves ou dans votre quête de devenir la meilleure version de vous-même.

Quelle est votre croyance limitante qui vous empêche actuellement d’avancer? Faites-m’en part en commentaire!

 

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Retour haut de page