I got the power

J'ai du pouvoir !

I got the power ! Vous rappelez-vous de cette chanson de 1990 ? Juste le rythme de la musique et ce « I got the power » de la chanteuse était accrocheur. Ça nous restait dans la tête... 🙂

Je me réveille avec l'inspiration pour deux gros projets qui vont prendre vie dans la prochaine année, je suis en super forme, alignée, mes sens sont allumés, je suis témoin de magnifiques percées par mes coachées, j'ai même dansé avec une via Skype et j'ai reçu de sublimes surprises inattendues.

J'ai lancé le « I got the power » en blague mais je me souviens que lorsque cette chanson est sortie (oh my God, ça fait 25 ans!), dès les premières notes, on pouvait ressentir tout de suite l'énergie monter et on se retrouvait à taper du pied et le genou fléchissant.

Pourtant, ce n'est que 4 mots. I got the power ! Tout simple. Mais c'est ce qu'ils signifient pour soi et l'intention derrière cette expression.

Cette semaine, c'est devenu mon hymne de bravoure et de liberté.

La différence

Prenez par exemple, deux personnes qui ont le coeur brisé. Pendant qu'une prends le temps de prendre soin d'elle, faire son deuil, se guérir, retirer l'apprentissage pour ensuite, lorsqu'elle est prête, s'ouvrir à une nouvelle relation en ayant grandie et sans aucune trace de blessure.

Alors que l'autre personne ferme simplement son coeur. Elle s'isole et ne s'implique presque plus dans sa vie. Elle est fontionnelle dans son emploi mais le coeur n'y est pas. Il n'est certes pas question d'avoir du plaisir et si elle a des loisirs, c'est plus pour se fuir que pour le plaisir. La douleur est continuellement au premier plan et peut même servir d'excuse pour mettre sa vie sur « pause » ou tout simplement arrêter de vivre.

Deux situations similaires, deux approches à l'opposé l'une de l'autre et avec des résultats totalement différents.

La première personne choisit l'amour, et même si elle se montre vulnérable, elle s'ouvre indépendamment de ce qui arrivera. La seconde choisit la peur disparaît de sa vie et sacrifie tout au nom de la douleur. Comme si plus grande est la douleur, plus grand était l'amour...

Peut-être avez-vous mal présentement ou c'est peut-être pour vous du « déjà vu » ou vous connaissez sûrement une personne qui l'a vécu de cette façon.

Il faut se responsabiliser et changer certaines de nos programmations. C'est notre choix et la voie qu'on choisit nous appartient.

Que choisissez-vous : l'amour ou la peur ?

Peur de son pouvoir

Chez nous, avoir du pouvoir était synonyme d'une personne qui abuse d'une autre. Comme disait mon père: « ce n'est pas beau d'exercer son pouvoir », non, ce n'était pas bien vu.

J'ai grandi avec la peur d'utiliser ou d'abuser de mon pouvoir. Cela m'a bloqué plusieurs années. J'avais l'impression que lorsqu'on parlait de pouvoir, ça arrivait toujours au même résultat: un gagnant et un perdant. En fait, j'ai réalisé que tout est dans le sens qu'on lui donne.

Si on utilise son pouvoir pour inspirer les autres, les aider à se vitaminer et pour qu'ils aient une vie authentique, en santé et sexy, il n'y a aucune raison d'en avoir peur.

Et puis, soyons honnête, on recherche tous le pouvoir d'une façon ou d'une autre. Certaines personnes croient encore qu'on ne peut pas être, à la fois, une bonne et une puissante personne.

Cette idée nous empêche de s'engager pleinement dans notre vie et d'accepter notre pouvoir afin de lui donner encore plus de sens. On s'emprisonne, on ne dit pas nos opinions et on n'exprime pas nos besoins.

Ainsi, on n'apporte pas les changements nécessaires pour vivre la vie qu'on veut vraiment et on ne s'autorise donc pas la liberté d'être.

Comment reprendre son pouvoir

1. Pourquoi avons-nous si peur d'accepter notre pouvoir ?

On fait toujours ce qui est le mieux pour soi. Sans exception. Même lorsqu'on fait quelque chose qui peut paraître nuisible, c'est qu'il y a une forte croyance qui y est associée et qui nous dit que ce choix est le meilleur. Et c'est sécurisant.

Nous avons peur d'être vu, de briller ou de rayonner. Par peur d'être blessée ou de blesser les autres.

Souvent inconsciemment, notre famille nous a appris et la société continue de nous apprende à avoir peur de notre propre pouvoir. Alors, on commence à avoir peur d'être « trop »... quoi !!! Trop forte, trop puissante, trop lumineuse !

Aujourd'hui, on me dit que je prends trop de risques et que je ris trop fort! Wow, si vous saviez tous les « trop » d'avant, on revient quand même de très loin. Okay, c'est le moment parfait pour me lever et chanter mon « I got the power ! » 😉

J'ai longtemps vécu dans un monde de peurs où je pensais qu'être juste moi n'était pas assez et que si je me permettais de rayonner, ça dérangerait les autres. Ils se sentiraient encore plus malheureux.

C'est comme ça qu'on ne s'approprie pas son propre pouvoir dans une illusion de protection. Cependant, on n'aide personne en restant petite ou apeurée. La société survit présentement dans la douleur et la peur, nous apprenant à faire de même. Si on consent à cela, rien ne changera.

Il est grand temps de découvrir et de laisser briller nos forces et notre pouvoir parce que oui, chacun de nous a son propre pouvoir !

2. C'est le moment d'être authentique!

Souvent, on utilise son pouvoir indirectement. Parfois, on contrôle les situations ou les gens autour de nous parce qu'on essaie de faire valoir notre pouvoir sans se faire remarquer ou par peur d'oser être visible et de perdre. Tout ça peut se faire en douce et même à son insu !

On peut être puissante et avoir un impact positif sur le monde ou impuissante et laisser quelqu'un d'autre décider pour soi. Soyez consciente de la façon dont vous voulez utiliser votre pouvoir.

Si vous vous donnez la permission et la liberté d'être, vous pouvez, à la fois, rayonner en exerçant votre pouvoir en plus d'inspirer les autres.

3. Qui d'autre que vous peut réaliser vos rêves et vivre une vie vitaminée ?

Attendez-vous que quelqu'un vienne vous sauver ? Qu'est-ce qui vous empêche maintenant de vous investir dans votre vie, rêves, relations, votre famille, vos amis et votre environnement ? Qu'est-ce que vous attendez ? Vraiment ? Qu'arriverait-il si vous pouviez être qui vous voulez ? Puissante ou non ?

Rappelez-vous que chaque fois que vous subissez ou que vous attendez au lieu de vous choisir, vous donnez à l'autre le pouvoir sur vos pensées, votre humeur, votre sommeil, votre désir, vos besoins, en fait, vous lui donnez le pouvoir sur votre vie.

Le coup de pouce

Pour celles qui ont besoin d'une montée d'énergie, pour celles qui veulent se rappeler de bons souvenirs ou pour celles qui ont tout simplement envie de se faire une petite danse « I got the power », cliquez ici pour la vidéo.

Au nom de la bravoure et de la liberté : I got the power! Et vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page