Faire le ménage, c'est sexy!

Faire le ménage, c’est sexy!

Faire le ménage, c’est sexy!

Photo 13 juillet 2015 JD

J’ai lâché prise sur différentes choses dans ma vie, non sans difficulté, mais j’y suis arrivée tout de même, quelquefois toute seule et d’autres fois en bénéficiant d’aide.

Je suis une ramasseuse dans l’âme.

Déjà, toute petite, j’avais du mal à laisser aller les vieux jouets, les vieux vêtements et les vieux crayons. Mes bibelots, encadrements photo et la peluche que je chérissais dans mon adolescence, puisqu’elle m’avait été offerte par le beau Robert qui m’avait, de surcroît, donné un baiser, trônaient en maîtres dans ma chambre.

Voyager léger!

Ma mère, qui est tout le contraire de moi et qui voyage toujours léger, me disait sans cesse de faire le ménage dans mes « ramasse-poussières ». Nul besoin de vous dire que nous avons eu de nombreuses discussions à ce sujet…

Ce n’est que depuis trois ans que je suis moins attachée à mes choses. Et quelques fois, je l’avoue, lorsqu’il me prend de faire du ménage et de voyager léger aussi, j’appelle ma mère en renfort. Avec elle, je suis certaine qu’on fera place nette (rire)!

Mais il est des ménages où elle ne peut vraiment pas m’aider. C’est une chose d’alléger son environnement, cela apporte de nombreux bienfaits à l’âme, je crois. Le degré d’ordre dans une maison n’est-il pas le degré d’ordre dans son esprit, non?

Mais c’est une autre histoire que d’alléger son cœur!

Le grand ménage!

Arggggg! Premier amour durera toujours? C’est tout moi ça!

Je suis restée « scotchée » au feeling, à nos premiers rapprochements, à sa peau basanée, son sourire contagieux! J’avais à peine 17 ans et j’ai jeté aux ordures que beaucoup plus tard certains « ramasse-poussières » qu’il m’avait offerts. Non, mais, il était mon premier après tout!

Les amis sont faits pour la vie? Euh… non! La vie évolue, nous évoluons et nos amis aussi.

À un certain moment de la mienne, j’ai réalisé que je ne faisais que du surplace et que, ça n’enlève absolument rien aux amis de l’époque parce que cela ne fait pas d’eux de mauvaises personnes, ce n’était plus bon pour moi.

Attention! Je ne vous suggère pas de balancer demain matin toutes vos amitiés par la fenêtre d’un seul coup et pour les mauvais motifs!

Le conte de fée!

Ils se marièrent, eurent de nombreux enfants et filèrent le parfait amour jusqu’à la mort!

Ça, chères amies lectrices, c’est une phrase piquée dans un conte de fées. Un genre d’endoctrinement pour petites filles! Si vous vivez ce grand et merveilleux amour « go girl! », vous êtes sûrement des inspirations dans vos milieux respectifs!

Moi, j’ai longtemps cru que j’étais une princesse et que j’avais trouvé mon prince charmant. Le hic c’est que je suis, bien que j’aie de merveilleux côtés à ma personne, une femme vitaminée sans être de la royauté. Lui, bien que très beau et valeureux (il aurait défendu sa famille corps et âme), n’était tout simplement pas un prince.

À partir du moment où nous nous rendons compte que dans le début de la relation, on a su montré que le plus beau de notre personnalité et qu’il en a fait de même, on passe le teste ultime pour savoir si la passion fera place à l’amour. La passion peut durer différents laps de temps.

Moi, c’est au bout de 10 années de mariage que le besoin de quitter s’est fait sentir. . .

Ah, et je ne suis même pas certaine que j’ai fait un grand nettoyage depuis. J’ai jeté bien des peines en les pleurant, j’ai exprimé mes colères, mais ne faisons pas l’autruche ici, on n’arrête pas d’aimer d’un coup sec parce que nous décidons d’une rupture.

Mais cette fin de conte de fées et cet endoctrinement auquel les petites filles sont habituées? Eh bien, c’est là qu’il entre en jeu réellement puisque si avant il nous faisait rêver d’une vie heureuse, désormais il peut nous faire vivre tout un lot de culpabilité.

Ce que j'ai réalisé

Je m’ouvre à vous bien humblement en vous disant que même si mon divorce est prononcé depuis l’an 2000, ce n’est qu’aujourd’hui où je saisis l’importance de laisser partir la culpabilité qui me rongeait et qui amassait poussière dans mon cœur.

Qu’est-ce qui m’a fait réaliser que le temps était venu de m’alléger?

Que je comprenne enfin que j’accrochais cette culpabilité à une relation qui n’existait plus depuis longtemps et que malgré le fait que j’aie pris « THE » décision, nous étions deux personnes responsables de cette rupture.

Du coup, exaltée, par cette prise de conscience, je me suis dit que ma vie allait changer!

Même si j’ai tenté souvent le coup, maintenant, je sais quoi faire lorsque je me sens coupable. Je me pose les vraies questions et je vais tout droit vers ma vérité, tout en étant authentique avec moi-même (c’est primordial) afin de me sentir en santé émotionnellement et aussi totalement sexy parce que, un cœur léger, ma foi, c’est sexy!

Et vous femmes de la francophonie, authentiques, en santé et totalement sexy, quels sont vos trucs pour faire votre ménage?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page