Dhyana – la méditation

Dhyana – la méditation

Nous en sommes à la septième porte ou membre du yoga-sutras de Patanjali, Dhyana.  Dhyana, c’est la méditation.

À Dharana, la porte précédente représentant la concentration, c’est le mental qui est sollicité.  À Dhyana, la méditation, c’est la conscience profonde.

Imaginez le jet d’une lumière d’une lampe de poche que vous tenez à la main.  L’état large de la lumière au loin représente le point de vue de Dharana.  Il englobe le mental.

Maintenant, visualisez l’embout de la petite lampe, là où la lumière est à son plus petit faisceau, juste au bout de vos doigts. À ce niveau, la lumière a toute son intensité, elle a toute sa force, c’est la lumière absolue.

C’est Dhyana, l’intensité et la force de la conscience profonde.

Mais voilà, il y a plusieurs façons de méditer et je pourrais écrire trois paragraphes de formes de méditation qu’il en resterait encore.

Pour plusieurs personnes, Dhyana représente un état difficile à accomplir.

Voici donc quelques trucs :

  • Essayez de vous faire un ancrage, c’est-à-dire, essayez d’avoir seulement un ou deux endroits pour méditer. Votre corps et vos cellules apprendront vite que lorsque vous arrivez à cet endroit, c’est le temps de prendre la pause « méditation ».
  • Trouvez-vous un coussin, un tapis, un banc, toujours le même et toujours pour la même raison, l’ancrage.
  • Lorsque vous avez trouvé votre ancrage, allez souvent y faire un tour et commencez par quelques minutes, 2 ou 3. Vous n’avez pas besoin de vous asseoir … fermez les yeux et respirez. Quand vous y êtes confortable, augmentez votre temps et seulement si vous en avez besoin.
  • Écoutez des méditations guidées. Elles aideront à la concentration, Dharana vous amènera vers Dhyana, la méditation.
  • Soyez généreux avec vous-même. Ne vous jugez pas. Laissez venir. Dhyana est l’avant-dernière porte des Sutras, c’est aussi parce qu’elle n’est pas si accessible. Laissez venir … ça viendra.
  • Pensez à méditer souvent, même si vous n’allez pas sur votre ancrage. Lorsque vous y pensez, prenez un temps d’arrêt, même quelques secondes.
  • Souriez ! Oui, souriez avec la bouche, avec les yeux et détendez votre corps. Il n’y a rien de sérieux et de stressant à méditer.  Méditer c’est l’amour infini, alors souriez, le monde en a bien besoin.

La relation au chakra

Dhyana est aussi reliée à Sahasrara, le 7e chakra, la porte d’entrée de l’énergie et de la conscience universelle, chakra couronne, chakra de la lumière absolue.

Sahasrara signifie Lotus aux mille pétales.  Il est, selon les écrits, la porte d’entrée de notre énergie vitale et siège de la vraie connaissance.

Si ce chakra est complètement libéré, l’énergie sera portée vers les autres chakras qui seront eux-mêmes libérés de leurs blocages limitatifs.  C’est le récepteur-émetteur.  C’est le chakra de l’illumination.

Même s’il peut être peu ouvert, il n’est jamais fermé.  Sahasrara ne se ferme qu’à la mort.

En déséquilibre, il est manipulateur, dominateur et néglige ses besoins.  Il croit qu’il contrôle sa vie et ne croit pas en l’accomplissement d’une mission.

En équilibre, c’est tout le contraire.  Il est affection, amour, tendresse envers lui-même et les autres.  Il a la maitrise holistique. Il est uni au grand tout.

Il est maintenant temps de vous concentrer (Dharana) sur Sahasrara et de méditer (Dhyana) quelques minutes ou pourquoi pas plus.

Namasté !

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Retour haut de page