Devenez amie avec votre ménopause

Devenez amie avec votre ménopause
La ménopause est mon amie car elle m’a amenée dans une aventure souvent difficile mais tellement remplie de découvertes et de cadeaux.

J’ai envie de vous partager, d’article en article, mes défis et aussi, mes découvertes et solutions, qui je l’espère vous guideront comme autant de petites pierres blanches pour vous aider à trouver votre chemin dans les dédales de la ménopause.

Pour plusieurs femmes, l’orée de la cinquantaine crée des appréhensions de toutes sortes et l’ombre de la ménopause semble vouloir envahir toutes les sphères de la vie.

De la perte de sommeil à la perte de la joie de vivre.

De ce corps soudain si chaud à l’anxiété des rougeurs aux joues, visibles par tous.

De cette remise en question de ce qui était toléré à cette colère qui déstabilise et dérange l’entourage.

Le chemin de la péri-ménopause n’est pas un long fleuve tranquille.

La péri-ménopause est la période de 2 à 10 ans qui précède la ménopause alors que les changements hormonaux s’installent et modifient la chimie du corps.

Le corps essaie alors de rétablir l’équilibre hormonal et, pour réussir cette tâche, il doit compter sur le relais des ovaires ainsi que des glandes surrénales, de l’intestin et même du gras dans le corps. Vous avez bien lu : oui, le gras.

« Enfin mes petites poignées d’amour servent à quelque chose », me suis-je dit.

En réalité, le corps a besoin de bon gras pour produire du cholestérol afin que la chaîne hormonale reste en équilibre. Ces petits - ou grands - amas graisseux n’en sont pas nécessairement la meilleure source.

« Retour à la case départ, il faut que je perde du poids ».

Des impacts importants

Nos vies remplies d’obligations et de stress créent des impacts importants dans le corps qui se font sentir lors de la transition de la ménopause.

Les glandes surrénales sont précieuses et trop souvent surmenées. On pourrait dire que l’épuisement professionnel les guette car elles s’activent sans relâche. Ces petites glandes situées au-dessus des reins sont les premières à être sollicitées pour répondre au stress.

Avez-vous la croyance que votre corps doit répondre comme un robot à l’appel du mental qui donne des ordres et exige de la performance?

« Une pause, un moment de repos? Plus tard, quand tout sera fait », de répondre le mental.

Il y a fort à parier que nous en paierons le prix « plus tard » et, particulièrement, lors de la transition de la ménopause.

En plus des exigences de performance, il y a aussi l’alimentation, les perturbateurs endocriniens, l’environnement, pour ne nommer que les facteurs les plus importants qui viennent influencer aussi le parcours de la ménopause.

Résultat, plusieurs femmes se retrouvent avec des symptômes qui perturbent leur vie et des problèmes de santé qui s’accumulent dans la cinquantaine.

J’ai eu ma part du gâteau et je l’ai trouvé plus amer que sucré.

Autres défis

L’étape suivante, la ménopause, réserve, quant à elle, d’autres défis.

Nous sommes officiellement en ménopause après un an sans menstruation.

Nous sommes donc ménopausées sans le savoir pendant un an, approximativement. Le corps le sait cependant et il continue son travail en profondeur.

La ménopause nous propulse dans une transition de vie, dans une crise pour plusieurs, et toute crise porte en elle la graine d’une transformation profonde.

Nous sommes conviées dans cette transition à revenir à l’essentiel, à notre essence, pour récolter les fruits mûrs de notre arbre de vie.

Remises en question

Dans le cycle des saisons, la ménopause représente l’automne, la récolte, l’abondance.

Cette phase suscite des remises en question qui, parfois, surprennent par leur intensité. Il y a une impulsion qui vient de l’intérieur pour créer notre vie à notre image, en fonction des besoins et des rêves souvent refoulés dans le passé.

Nous entrons dans notre deuxième cycle de fertilité.

  • Personne ne m’avait dit ça, répond cette part de moi qui cherche des repères, perdue au milieu de nulle part.
  • Je dois me mettre au monde? demande-t-elle, perplexe.
  • Oui, avec douceur et compréhension pour le parcours de vie qui a conduit à ce moment précis où tout prend sa place, chuchote ma petite voix du cœur qui se fait entendre de plus en plus.

Elle poursuivit, à peine audible, « ensuite tu iras vers ta nouvelle destination».

Un coeur vibrant

Le projet de Maturessence venait de germer dans ma conscience. Mon cœur vibrait à l’idée d’accompagner les femmes à ne plus être seules et perdues dans la tempête de la ménopause.

Je ne savais pas, alors, qu’une autre phase se pointerait à l’arrivée de la soixantaine.

La post-ménopause est, selon certaines sources, tout ce qui arrive après avoir été déclarée en ménopause.

D’autres sources définissent cette phase différemment et j’adhère plus à cette deuxième définition car elle correspond à mon expérience.

La post-ménopause serait cette phase qui commence quand l’équilibre hormonal est revenu et que nous ressentons cet équilibre tant dans le ressenti que dans l’atténuation des symptômes physiques et psychologiques qui, eux, peuvent déranger notre vie de 2 à 10 ans après la ménopause.

Et maintenant, bienvenue dans la soixantaine, avec son cortège de défis, d’élans nouveaux, de projets qui sont autant de fruits à cueillir.

Ensemble, vitaminons nos vies ! Laissez vos commentaires/questions dans la boite ci-dessous !

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Retour haut de page