Bye-bye compétition et hello la collaboration!

Bye-bye compétition et hello la collaboration!

Dans le passé, je tombais régulièrement dans le séduisant mais combien dangereux piège de me sentir en compétition avec les autres et j’avoue que c’était en général vis-à-vis d’autres femmes.

Bien que la compétition puisse être une précieuse source de motivation et de croissance, elle peut aussi nous propulser directement dans un tourbillon de doute de soi.

Jusqu’à la quarantaine, j’étais le genre de femmes qui avait toujours eu plus de facilité à entrer en relation avec les hommes et selon mes croyances de l’époque, être en relation avec des femmes étaient toujours compliquées.

Dans ma vie antérieure...

Je me souviens d’une situation en particulier, il y a plusieurs années (dans ma vie antérieure – rires), alors que je travaillais dans une grande firme légale en tant que parajuriste en propriété intellectuelle.  Cela faisait plus de 3 ans que j’étais débordée, que je faisais des heures insensées, et que je demandais l’embauche d’une parajuriste junior pour m’assister.

On débuta donc le processus d’embauche et finalement on arrêta notre choix sur une candidate qui s’appelait Suzanne. Par un beau lundi matin, première journée de travail, Suzanne entre dans mon bureau et me dit : « Je suis prête et je suis là pour t’aider. De quels dossiers puis-je te soulager ? »

Mon bureau est couvert de piles de dossiers sans compter celles qui sont par terre.  Je me mets à prendre dossier par dossier et là, je m’entends dire : « pas celui-là, il est complexe; pas celui-ci, ça va être plus long de te l’expliquer que de le faire moi-même; ouf, celui-là, l’avocat est très exigeant et j’aimerais mieux attendre que ça fasses quelques jours que tu sois ici avant de te mettre en contact avec lui… »

Vous me voyez venir ? J’ai fait le tour de tous les dossiers et j’ai fini par lui dire de prendre son temps pour s’installer car, pour le moment, je n’avais rien à lui donner malgré le fait que ça faisait 3 ans que je me plaignais… Je me rappelle encore la voix de mon intuition qui me disait : « Qu’est-ce qui ne va pas avec toi ? »

Méchante prise de conscience

Et c’est là que j’ai réalisé que mon sentiment de compétition était intimement relié au niveau de mon estime personnelle. Ce moment fût déterminant, un réel éveil de conscience et le début d’un voyage extraordinaire vers ma découverte.

Je me suis rendue compte des inconvénients à utiliser les autres comme une référence à ma propre valeur. Je regardais ce que faisaient les autres et je souhaitais faire pareil ou bien au contraire, je me moquais de ce qu’elles faisaient, je les jugeais et je me considérais comme mieux. Il n’y a jamais de victoire lorsqu’on est en compétition.

L’un me faisait sentir mal et l’autre me nourrissait de l’illusion d’être supérieure. Aucun des deux ne me rendait heureuse. D’un côté ou de l’autre, je me jugeais et vous le savez peut-être, il n’y a pas pire juge que soi.

Il est clair que je n’étais pas sur le chemin de l’amour mais plutôt sur le chemin de la peur. Et comme j’avais constamment la peur de ne pas être à la hauteur, je gardais jalousement mon savoir, mes expériences et mes apprentissages de peur de n’avoir rien d’autre à offrir.

Je réalise aujourd’hui que j’étais moi-même le blocage de même que le pont entre la compétition et la collaboration. J’ai pris conscience que plus mon estime était basse, plus je me retrouvais en compétition alors que plus mon estime était haute, plus j’étais dans un état de collaboration.

Tout part de soi

J’ai cessé de travailler sur les autres, j’ai travaillé sur moi, j’ai grandi et j’ai vu mon esprit de compétition se transformer en un esprit de collaboration.  En ouvrant mon cœur, je me suis fait le plus beau des cadeaux.

Aujourd’hui, je peux dire humblement que ce fantastique voyage m’a permis et me permet encore de me découvrir, de laisser libre cours à ma féminité, d’aimer qui je suis, d’augmenter davantage mon niveau d’estime de moi et de vivre une liberté d’être.

Récemment, j’ai vu toute la différence car j’ai vécu le lancement de mon premier livre et à un certain moment, j’ai pris le temps de regarder les gens dans cette salle comble et j’ai réalisé tout le chemin parcouru. J’ai ressenti une telle gratitude que j’ai éclaté en larmes.

Je me suis rendue compte du nombre de femmes présentes dans ma vie et dans cette salle. Des femmes exceptionnelles que j’aime sincèrement et profondément. Elles étaient là avec moi dans cette nouvelle aventure et cela m’a totalement bouleversé.

Je n’aurais jamais pu imaginer qu’un jour, je serais entourée d’autant de femmes et qu’en plus, j’aurais le privilège de vivre avec elles des relations saines et si enrichissantes.

Je suis tellement fière et honorées de la qualité des femmes qui m’entourent. Elles sont belles, authentiques, généreuses, intelligentes, créatives, passionnées, drôles et j’en passe… je les aime tout court!

Aujourd’hui, je pratique allègrement la collaboration. J’apprends tellement d’elles et je chéris tous les moments de partage que nous vivons ensemble.

Plus je grandis et plus je partage… plus je partage et plus je grandis!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page