Quand la Wonder Woman en a JUSTE assez!

Quand la Wonder Woman en a JUSTE assez
Cet article participe à un carnaval d’articles ayant pour thème « Que représente le mot juste dans votre réalité? » Je vous invite à suivre ce carnaval et à aller découvrir les différents articles qui y sont proposés!

Le mois de mars 2017 a été un des mois les plus difficiles que j’ai vécu depuis belle lurette. Et il a résulté par une vraie écoeurantite aïgue ! Toute une rechute… juste en pleine face et les dents dans le gravier !

Je me sentais déjà dépassée depuis quelques semaines avec toutes les tâches à faire sur ma liste et je ne voyais plus la lumière au bout du tunnel.

Est-ce que je savais que ma liste de tâches était humainement irréaliste ? Bien sûr ! Malgré le fait que je dise NON à certaines demandes, j’en avais JUSTE trop.

Je nourrissais l’illusion et je m’entêtais à vouloir y parvenir. Je restais debout jusqu’aux petites heures du matin. Je suis retombée dans le piège de me sentir pas assez… autant dans ma vie professionnelle que personnelle.

Le point culminant pour moi est arrivée lors d’une retraite de 3 jours avec les membres de mon équipe les 24, 25 et 26 mars dernier.

Plus les heures avançaient durant ce week-end, et plus, je me sentais mal. Je me demandais sincèrement « pourquoi? ».

Je ressentais une boule qui grossissait à l’intérieur de moi. Elle m’envahissait jusqu’à l’étouffement. Mais qu’est-ce qui m’arrivait ?

Pendant que j’essayais de me concentrer à rédiger des textes pour mon nouveau site internet, je me faisais interrompre pour me faire demander mon avis.

Puis, à chaque tâche qu’un des membres de mon équipe réalisait, je recevais un : « j’ai terminé cela Céline, il te reste JUSTE à vérifier ».  Les tâches à vérifier s’accumulaient et je n’étais encore qu’au premier paragraphe de mon texte !

Je me sentais sur le point d’imploser. Je savais que ça n’allait plus. J’avais envie de pleurer. Je me sentais inadéquate en tant qu’entrepreneur, en tant que partenaire de vie, en tant que mère, en tant qu’être humain.

J’étais incapable de mettre le doigt sur le bobo à ce moment-là, j’essayais de rester « normale » et de me ramener. Cela ne fonctionnait pas.

Je me sentais coupable de ne pas pouvoir tout faire. De ne pas me sentir zen, souriante et super performante. Pourtant, habituellement je n’ai aucun problème à montrer ma vulnérabilité.

Généralement, je peux, à tout le moins, être authentique avec mon entourage et simplement leur avouer qu’il se passe quelque chose en moi que je ne peux nommer dans l’instant.

J’étais coincée. Plus rien n’entrait et rien ne voulait sortir. J’étais dans une désagréable position. Cela faisait des lunes que je ne m’étais pas sentie aussi mal.

J’ai alors ressenti le besoin de clairer (façon de parler!) tout le monde et de me retrouver seule pour me reconnecter et voir ce qui se passait réellement.

Le constat : j’en avais juste assez de me faire dire qu’il ne me restait juste ceci et cela à vérifier. J’en avais juste marre du mot : JUSTE !

Pendant ma méditation, BAM ! Noooooon. C’est à ce moment que j’ai pris conscience que j’avais cessé mon rituel depuis quelques temps. J’avais aussi bafoué ma valeur #1 : la LIBERTÉ.  J’étais en pleine rechute…

Le Syndrome de Wonder Woman

J’adorais Wonder Woman quand j’étais enfant. Elle avait le look le plus cool, elle était intelligente, forte et belle. Surtout, n’essayez pas de me convaincre que ce ne serait pas génial de changer de vêtements simplement en tournant sur soi-même!

Elle s’occupait de coincer les vilains et le moment suivant, elle entrait dans une réception brillant de milles feux. Vous ne l’avez jamais vu douter d’elle-même ou épuisée.

Bref, elle était la femme parfaite… une totale et irréaliste version de la femme. Et si nous disions « bye-bye » au syndrome de la Wonderwoman qui semble nuire à la plupart d’entre nous qui faisons partie du vrai monde !

Vous savez de quoi je parle, n’est-ce pas ?

Bon… qu’est-ce qu’on fait ?

Alors revenons à mes moutons 🙂  Nous étions reçus chez des amis le vendredi soir suivant chez mon amie Marthe.

Dans la soirée, elle me dit : « Est-ce que je peux te dire quelque chose ? Ça fait des années que je ne t’ai pas vu cernée comme ça ? Tu as l’air épuisée ? Tu devrais partir en voyage ? »

Et moi de m’entendre lui répondre : « Pardon ? Quoi ? Hein ? Mais je ne peux pas, ce n’est pas le temps, et j’ai mes clients, et bla bla bla »

Sur la route du retour, le bla bla bla a laissé place à mon intuition qui me disait de tout arrêter et de partir. Juste à cette idée, je ressentais déjà une brise de légèreté m’envahir. Ma décision était prise.

Le lendemain midi, les billets de voyage étaient achetés et je me suis surprise à danser dans ma cuisine. Le fait d’arrêter la roue, de me choisir, m’a mise dans un état d’euphorie. C’était tellement bon !

Nous sommes partis la semaine suivante. J’ai fait le choix conscient de ne pas apporter d’ordinateur et de cellulaire, rien de technologique. Mission : repos et reconnexion.  Nous avons vécu un fabuleux voyage !

5 options pour s’en sortir

Pas besoin de partir en voyage si vous êtes en pleine rechute présentement, voici 5 options que vous pouvez choisir de suivre dès maintenant pour vous en sortir :

  1. Décider de vous aimer plus que l’idée que quelqu’un d’autre vous aime
  2. Réalignez-vous à vos valeurs sacrées
  3. Bienveillance svp, relâchez donc la corde de la perfectionniste qui vous étouffe
  4. Remettez le « non » à l’honneur
  5. Jeter un nouveau coup d’oeil à vos limites, célébrez votre humanité !

Rappelez-vous de garder le focus sur la progression et non la perfection ! Il arrive qu’on fasse un détour mais il est toujours temps de revenir sur la bonne voie.

Je suis reconnaissante pour ce bas-fond qui m’a JUSTEment amené à remettre le compteur à zéro.  J’ai pris de grandes décisions à mon retour afin d’alléger ma liste de tâches.

Je suis consciente que je dois JUSTE être à mon écoute, prendre soin de moi, rester vigilante et alignée sur mes valeurs sacrées.

Je suis curieuse de savoir si vous êtes présentement en plein syndrome de Wonder Woman ou si vous êtes en rémission ?

J’adore vous lire, alors, laissez-moi un commentaire dans la boîte ci-dessous.

Céline Legault

Céline, auteure, chroniqueuse, conférencière, coach professionnelle certifiée et spécialiste de la colère. Son livre La Colère m’a sauvé la vie – Cessez de la refouler et faites-en votre alliée a été très bien reçu en plus de bénéficier d’une grande couverture médiatique. Avec son sens de l’humour, sa façon colorée et sa facilité à dédramatiser, elle vitamine nos vies par son expertise dans le plaisir et la spiritualité tout en autorisant l’authenticité et la liberté d’être pour chacun.

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Genevieve
Invité
Merci Céline, ton texte me fait beaucoup de bien présentement. Je cherche présentement un moyen de me sortir de se  »wonder women » pattern. Mais on dirait que la vie m’apporte toujours des petites jobs au début qui deviennent des grosses jobs avec le temps. J’ai mon entreprise et en même temps j’aide ma mère dans la sienne. J’aimerais me consacré seulement a la mienne (ma passion) mais ma mère est malade et a besoin de moi. Je ne suis donc pas capable de m’en libérer. Je sais que c’est ma santé qui en écope présentement, mais mon cœur de petite… Read more »
Valérie Auclair
Invité

Un beau témoignage, on sent ta sincérité! Contente que le voyage t’ait fait du bien et en espérant que s’il y a une prochaine fois, tu pourras réagir plus tôt 🙂 On doit apprendre de nos « erreurs », disons de nos expériences négatives… Pas facile! Je suis à 100% d’accord avec ce que tu dis 🙂

Marie-Josée
Invité
Bonjour Céline, Moi voyez vous j’ai de la compassion pour les femmes qui s’en mettent trop sur les bras. Dans quel but?Au début de la vingtaine, j’en ai aujourd’hui 48, J’étais destiné à une belle carrière de chanteuse de Jazz et de blues. J’ai fais le festival de Jazz de Montréal, passé à beau et chaud , l’ancêtre de Bel et Bum et pleins d’autres festival etc. Puis je suis tombé enceinte me produit en spectacle jusqu’à 22 semaines de grossesse pour ensuite me reposer jusqu’à la naissance et bang à la naissance mon enfant est décèdé. Puis retombe enceinte… Read more »
wpDiscuz