Comment qualifieriez-vous le degré d’autonomie de vos enfants?

Comment qualifieriez-vous le degré d’autonomie de vos enfants?
Avez-vous des enfants du primaire qui se laissent constamment trainer et qui ne ramassent pas leur assiette? Est-ce que vos enfants se rebutent constamment à faire leurs responsabilités?

Si c’est le cas, vous devez reprendre les rênes et les aider dans le processus d’autonomie et de responsabilisation.

J’ai personnellement deux filles de presque 8 et 10 ans. Je les adore et pour elles, j’ai changé de carrière afin d’être plus présente à la maison.

Je les aime, comme vous aimez vos enfants. Je les couvre d’amour et d’attention, au meilleur de mes capacités et de ma disponibilité.

Mon conjoint est également très présent. Nous avons fait des choix professionnels en fonction de la famille.

Les deux volets d’un parent

Au fil des ans, j’ai compris qu’être parent comportait deux volets. Dans mon cas, celui de mère et de maman.

D’un premier abord, vous pourriez me dire que c’est la même chose. Mais je vous répondrai que j’y vois une distinction.

Et c’est la même chose pour les pères et les papas.

Le rôle de la maman est d’aimer, de cajoler, de jouer et de consoler.

Le rôle de la mère est d’aimer aussi, mais surtout de mettre en place des limites, de placer un cadre sécurisant autour des enfants et d’être capable de dire « non ».

Parce que de dire « non », c’est aussi ça aimer. Les enfants ont besoin de savoir jusqu’où ils peuvent aller. Où sont les limites permises.

C’est ainsi qu’ils découvrent quand ils doivent s’arrêter. En ayant des balises claires et une constance dans l’application des règles, ils se sentent en sécurité et protégés.

Et ça, c’est le rôle de la mère et du père.

Se faire respecter

Pour arriver à ce que vos enfants vous écoutent, vous respectent et se responsabilisent tranquillement, vous devez apprendre à tenir votre bout et à dire « non ».

Je sais que ce n’est pas toujours facile, mais vous devez le faire. Sans culpabilité, ni reproche.

Dire « non » ne veut pas dire crier, se fâcher ou ne pas aimer. C’est simplement une position intérieure qu’on adopte et qui est inébranlable. Non, c’est non.

Plus vous réussirez à être fort et constant intérieurement, plus rapidement vos enfants arrêteront de vous tester. Ils auront compris que lorsque vous dites « non », il ne sert à rien d’insister.

Les rendre autonomes et responsables

Pour arriver à rendre vos enfants autonomes et suffisamment responsables, vous devez également établir vos règles internes.

Vous devez déterminer avec votre conjoint(e) ce que vous allez tolérer ou non et vous supporter mutuellement dans l’application des règles de la maison.

Les enfants doivent comprendre que c’est sérieux, que certains points sont non négociables et qu’au besoin, vous mettrez en place un système de conséquences.

À la maison, une de mes filles avait pris l’habitude, lorsqu’elle était contrariée, de claquer la porte de sa chambre. Après discussion avec mon mari, nous avons convenu que ce ne serait plus toléré.

Elle avait le droit d’être contrariée et même fâchée, mais nous n’allions plus tolérer le claquage de sa porte. La conséquence serait d’enlever sa porte de chambre pendant quelques jours.

Et bien, à ce jour, nous avons enlevé la porte à trois reprises, à son grand malheur. Croyez-moi, ça fait son effet.

L’importance de la constance

Nous avons mis en place une série de règles, telles : de faire son lit, de préparer sa boite à lunch, de desservir son assiette, de sortir ses vêtements pour le lendemain et de serrer son linge fraîchement lavé.

En tenant notre bout et en leur expliquant que nous souhaitions ainsi leur apprendre à devenir de plus en plus autonomes et responsables, elles ont fini par comprendre que ces règles étaient non négociables.

Maintenant, tout ceci (et bien plus) fait partie intégrante de leurs habitudes et tout ça, sans argumentation.

Pour que ça fonctionne, vous devez être constant dans l’application de vos propres règles. Si une fois sur deux, vous laissez le dernier mot à vos enfants, plus rien ne tient.

C’est alors qu’on revient à la case départ, au possible manque de respect et à la paresse grandissante devant leurs responsabilités.

Et quand les règles sont claires et respectées, les exceptions sont permises. C’est alors que les enfants les apprécient vraiment.

Rigueur ou facilité?

Étant très présente à la maison, j’aurais facilement pu tout faire à leur place. Ça aurait été beaucoup plus rapide et je n’aurais pas eu à répéter et à tout expliquer.

Tout aurait été fait à mon goût et je n’aurais pas eu à négocier ni à argumenter.

Cependant, en agissant ainsi on ne leur rend pas service. Avec les années, les enfants pour qui on a toujours tout fait, deviennent de plus en plus paresseux et exigeants. En étant de moins en moins autonomes et responsables.

Et du côté des parents, on a de plus en plus le sentiment d’être à leur service et devenons de moins en moins patients et tolérants.

Vous arrive-t-il parfois d’avoir le sentiment que vos enfants pourraient être un peu plus autonomes et responsables?

Laissez vos commentaires dans la boite ci-dessous.

Marie-Noël Harnois

Marie-Noël est coach, formatrice et conférencière d’inspiration. Elle est également la maman de deux belles filles, qui l’ont amené à sortir des sentiers battus et qui lui ont ainsi permis de devenir la créatrice de sa vie. À travers ses programmes et ses formations, elle aide les gens à mieux se connaître et à mieux se comprendre, afin qu’ils puissent se créer une vie familiale harmonieuse et épanouissante. Sa spécialité : aider les femmes à sortir du tourbillon de la vie, afin d’acquérir une paix intérieure profonde et durable. C’est donc forte de son expérience et de ses talents de communicatrice, qu’elle vous aide à voir plus clair dans votre vie et celle de vos enfants. Sa mission : inspirer, éveiller, transformer. Visitez son site au www.marienoelharnois.com