Ce qui compte vraiment, c’est le choix que vous faites maintenant!

Ce qui compte vraiment, c'est le choix que vous faites maintenant!
Quand j’ai lu pour la première fois la citation de Charles R. Swindoll : « La vie est 10% ce qui vous arrive et 90% comment vous réagissez », j’ai réalisé que je n’avais pas à me définir par les circonstances de ma vie. Et ça, c’était énorme pour moi!

C’était le 24 mai 1996 en après-midi et pour la première fois, je faisais mon premier choix conscient. Je m’en rappelle parce que c’était le jour du 5ième anniversaire de mon fils Alexandre.

J’entends encore sa réaction d’émerveillement face à son gâteau Pikachu. Puis, il gonfla ses petites joues afin de souffler toutes les bougies.

Évidemment, il fallait bien qu’il se donne toutes les chances pour que son voeu se réalise. Et là, il me regarda. Droit dans les yeux. Ce moment sera à jamais gravé dans ma mémoire.

Dans ses yeux, j’ai vu l’amour inconditionnel et une tonne d’espoir. J’ai ressenti alors une indescriptible honte. La honte de mon passé; de ce que j’avais fait de ma vie jusque-là. Et plus encore, la honte de ne pas être la personne que j’étais censée être.

Attirée par la fuite

Vous savez, ces sentiments désagréables et amers de ne pas être à la hauteur. À la hauteur de qui on devrait être ou de qui on pourrait devenir. Encore pire, c’est lorsqu’on ne sait même plus où on en est, qu’on fuit simplement d’où on vient et qu’on ignore complètement où on va.

Suspendue… faisant face à un vide aussi grand que celui qui m’habitait.

Je me suis toujours senti attiré par la fuite surtout parce que j’ai grandi dans un climat de violence et d’abus. Conséquemment, je ne savais pas comment gérer toutes ces émotions.

Pendant plus de 15 ans avant ce moment de grâce, j’avais vécu une vie définie par la dépendance et un besoin persistant de m’engourdir.

Toutes mes relations tournaient autour de ma colère. En partie parce que je voyais l’amour à cette époque comme de la pitié, et en partie parce que je ne savais pas qui j’étais au-delà de mes histoires de victimes. Je me sentais coincée et contaminée de toutes les manières possibles.

Pire, ça me faisait tellement mal d’être convaincue et de sentir que je méritais mieux que la vie que j’avais. Cependant, je n’avais aucune idée du comment faire pour qu’elle soit mieux ou pour que je me sente juste bien.

Déprimée, découragée et isolée, je ne pouvais voir un avenir qui n’impliquait pas la colère, le ressentiment, les regrets, la trahison, la déception et l’autodestruction.

Un moment d’élévation

Puis vint ce moment de grâce, un éveil spirituel, une poussée d’inspiration à l’intérieur de moi et pour la première fois, je me suis sentie vivante malgré le poids de mon passé.

Ainsi, j’ai plongé (vraiment) mon regard dans les grands yeux noisettes de mon fils qui s’apprêtait à souffler ses bougies. Avec surprise, j’ai entendu une voix, une pensée, mon intuition, je ne sais pas. Mais j’ai ressenti dans toutes les cellules de mon corps cette phrase puissante.

« Je te promets ici et maintenant de te donner la mère que tu mérites! ».

Puis je suis tombée par hasard (ben oui!) sur cette citation: « La vie est 10% ce qui vous arrive et 90% comment vous réagissez ». Lorsque je l’ai lue, quelque chose a résonné et a basculé en moi.

J’ai réalisé que j’avais vécu toute ma vie en répondant avec colère à des situations qui m’était arrivée lorsque j’étais jeune. En plus, je me sentais honteuse de cela. Pour débuter, j’ai pensé que je pourrais peut-être me libérer de mon passé et mieux réagir à partir de ce moment.

Peut-être que ma vie n’était pas la somme de mes blessures et de mes erreurs. Ou peut-être que, au lieu de me juger pour ce que j’avais fait ou non et de me sentir inutile et minus pour qui j’étais, je devais me donner les moyens. Tous les moyens nécessaires de créer quelque chose de différent à partir de ce moment de grâce.

Peut-être que tout ce qui importait vraiment était le choix que je faisais à ce moment précis.

LE gros engagement

Dans les mois qui ont suivi, je me suis concentrée seulement à ne plus faire de fuite, à consentir à laisser remonter toutes ces émotions refoulées, à les accueillir et à les vivre du mieux que je pouvais.

Mais j’ai pris un gros engagement: je voulais être une inspiration pour mon fils. Je voulais que lorsqu’il pense à moi, il ait ces mêmes grands yeux noisettes remplis d’amour inconditionnel, d’espoir, d’inspiration et de fierté.

Bien sûr, j’ai consulté. Évidemment, j’ai investi du temps, de l’énergie et de l’argent sur moi. Bien sûr, j’ai eu des tentations de reprendre la fuite. Bien sûr, j’ai persévéré et j’ai fait le choix de me libérer et de prendre l’entière responsabilité de ma vie.

Soudainement, un jour, j’ai retrouvé le sourire. À chaque jour, j’accumulais de minuscules raisons de me sentir fière. Même si ce n’était pas toujours d’énorme changement, mais c’était vraiment important.

Puis la confiance et l’authenticité. Ensuite vint la liberté et la légèreté d’être. Par la suite, la foi et le courage. Enfin, ce que je voulais le plus, l’amour inconditionnel, plus seulement dans les yeux de fiston mais dans mes propres yeux.

Oui, j’ai transformé depuis mon monde extérieur en démarrant mon entreprise, en développant la relation amoureuse la plus saine et enrichissante de ma vie, et en démarrant ce site web.

Par ailleurs, ces changements ne sont pas seulement le résultat de ce moment de grâce et de tout faire différemment par la suite.

Ma transformation est le résultat du changement de mon monologue intérieur de « Pourquoi ai-je fait de si mauvais choix? » à « Quel est le meilleur choix que je puisse faire maintenant? ».

La grande différence

La plus grande différence entre moi maintenant et moi d’avant est que je ne m’isole plus dans la honte, amplifiant les sentiments négatifs avec mon propre jugement critique, ce qui ne faisait que de me laisser coincée.

J’accepte que je suis humaine, et qu’une partie de cela passe par des hauts et des bas. Je sais que je vais probablement traverser d’autres moments difficiles, mais je suis convaincue que je pourrai rebondir avec résilience.

J’ai appris que nous ne sommes pas impuissants. Cela peut ne pas toujours sembler être le cas, mais nous avons notre mot à dire sur ce qui se passe dans notre vie. Et lorsque les événements semblent être hors de notre contrôle, nous avons notre mot à dire sur la façon dont nous y réagissons.

C’est tout ce que nous pouvons contrôler, et c’est ce qui compte vraiment: le choix que nous faisons maintenant !

Dites-moi, quel a été le choix qui a compté pour vous? Ou peut-être avez-vous un choix qui compte à faire?

Ensemble, vitaminons nos vies ! Laissez vos commentaires/questions dans la boite ci-dessous !

Céline Legault

Céline, auteure, chroniqueuse, conférencière, coach professionnelle certifiée et spécialiste de la colère. Son livre La Colère m’a sauvé la vie – Cessez de la refouler et faites-en votre alliée a été très bien reçu en plus de bénéficier d’une grande couverture médiatique. Avec son sens de l’humour, sa façon colorée et sa facilité à dédramatiser, elle vitamine nos vies par son expertise dans le plaisir et la spiritualité tout en autorisant l’authenticité et la liberté d’être pour chacun.

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
wpDiscuz