Avez-vous peur d’être égoïste ?

Avez-vous peur d'être égoïste
Bon nombre de personnes au grand cœur, désireuses de sauver le monde, hésitent à s’apprécier à leur juste valeur et à prendre soin d’elles par peur d’être égoïstes.

Lorsque j’invite mes clients à se reconnaître, à s’apprécier et à se célébrer, plusieurs ont une réaction de malaise et même de surprise.

Ils me disent « Tu es sûre que c’est une bonne chose ? J’ai l’impression que c’est égoïste. Je ne veux pas penser juste à moi! »

Un piège

Vous savez, ce besoin de s’occuper des autres et de les sauver est un piège que nous tend notre ego. La première fois que j’en ai pris conscience, je dirigeais une école.

Souvent, lorsque je devais m’occuper d’un élève indiscipliné, j’essayais de sauver la situation et je me sentais la plupart du temps impuissante.

Un jour, j’ai réalisé que lorsque je jouais au sauveur, je ne faisais pas confiance aux gens impliqués et je leur volais une occasion de grandir en passant à travers la difficulté rencontrée.

Il devait y avoir une façon de faire plus appropriée. Cette prise de conscience a été le point de départ d’une recherche qui m’a amenée à devenir coach.

Victime, bourreau ou sauveur ?

J’ai peu à peu compris que le besoin de sauver les autres s’inscrit dans une dynamique particulière où les interactions se font entre des personnes qui se perçoivent à tour de rôle comme des victimes, des bourreaux ou des sauveurs.

Pour avoir quelqu’un à sauver, ça prend des victimes et pour qu’il y ait des victimes, il faut des bourreaux.

Être victime signifie abandonner son pouvoir à quelqu’un d’autre. Être bourreau, c’est essayer d’imposer son pouvoir aux autres. Agir en sauveur, c’est accepter de prendre le pouvoir que la victime abandonne et encourager le bourreau à continuer d’imposer son pouvoir parce que nous sommes là pour sauver les choses.

Wow! Ainsi nous pouvons continuer à nous sentir importants… mais à quel prix!

La vie devient très stressante, la peur règne en maître, les conflits perdurent et l’énergie est gaspillée. Vous voyez comment nous nous leurrons nous-mêmes en pensant sauver les autres.

En fait, vouloir sauver les autres est un acte égoïste parce qu’il gonfle notre ego. Nous prouvons notre supériorité et nous encourageons les autres à rester petits, irresponsables et impuissants.

Tout cela inconsciemment bien sûr… et pour bien faire!

Guérir du syndrome du sauveur peut se faire rapidement, mais habituellement, c’est un long processus qui demande de s’observer, car cette tendance est bien incrustée et va ressurgir dans toutes vos relations.

Ce qui m’a beaucoup aidée et a aidé mes clients à transformer leur perception globale de la vie, et leurs dynamiques relationnelles, c’est de voir la vie sous un tout autre angle, un angle où ils se reconnectent à leur puissance et favorisent leur réussite dans tous les domaines de vie.

Au lieu de se percevoir comme des victimes, ils commencent à accepter le fait qu’ils ont un rôle à jouer dans les circonstances de leur vie.

À partir du moment où j’accepte l’idée que j’ai participé à la création des situations de vie dans lesquelles je me trouve, je commence à voir que les problèmes, les obstacles, les difficultés ne sont que des défis représentant des opportunités de prendre mes responsabilités, de développer des forces, de faire des apprentissages et d’évoluer.

Le sauveur n’a plus de place dans cette dynamique. C’est le coach intérieur qui prend la relève.

Le coach intérieur

Le coach intérieur, c’est la partie de vous qui fait confiance, car elle sait que tout a une raison d’être, que tout est une occasion de croissance.

C’est la partie qui ne s’accapare pas les problèmes, ni le pouvoir sur quiconque, mais observe, questionne, cherche des alternatives et finit par trouver comment utiliser les défis pour avancer vers sa vision.

Il ralentit votre évolution et votre réussite, autant qu’il ralentit l’évolution et la réussite des autres.

Heureusement, individuellement et collectivement, nous acceptons de plus en plus de prendre nos responsabilités et de laisser aux autres le soin de prendre les leurs.

Cela ne fait pas de nous des égoïstes, au contraire, cela nous rend respectueux et compatissants envers les personnes qui n’ont pas encore fait les mêmes prises de conscience.

Laisser aux autres la responsabilité de leur vie nous permet de prendre l’entière responsabilité de la nôtre. C’est beaucoup plus efficace!

Accepteriez-vous le défi de vous aventurer résolument dans la dynamique d’empowerment ?

Vous serez peut-être surpris de voir combien vous « donnez » et combien de temps vous avez pour vous occuper de vos intérêts fondamentaux!

Aline Tardif

Aline est une véritable amplificatrice de puissance. Coach professionnelle certifiée depuis 1998, elle est spécialisée dans l’art de vous aider à entrer puissamment en relation avec vous-même, avec les autres et avec vos ressources (temps, énergie et argent). Ainsi vous mettez votre potentiel en action et vivez confiante, heureuse et libre comme vous le méritez. Femme d’action passionnée, à l’énergie contagieuse, elle agit également comme formatrice, superviseure de coachs et conférencière. Pour en savoir plus, visitez son site au www.alinetardif.com